Election de Trump : "Nous allons avoir un choc sur le commerce mondial"

Un écran de télévision montre le visage de Donald Trump, dans les locaux de la Bourse de Francfort (Allemagne), le 9 novembre 2016.
Un écran de télévision montre le visage de Donald Trump, dans les locaux de la Bourse de Francfort (Allemagne), le 9 novembre 2016. (? KAI PFAFFENBACH / REUTERS / X00446)

Pour l'économiste Philippe Waechter, "les marchés savent que les conséquences en seront négatives pour tout le monde".

Gueule de bois générale sur les marchés mondiaux après l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche, mercredi 9 novembre. Les bourses asiatiques ont toutes ouvert dans le rouge, puis le Cac 40, le FTSE 100 ou le Dax leur ont emboîté le pas. En milieu de matinée, la bourse de Londres a toutefois basculé dans le vert, semblant reprendre ses esprits après le discours de victoire mesuré de Donald Trump.

A quoi faut-il s'attendre à court et à long terme ? Eléments de réponse avec Philippe Waechter, directeur de recherche économique chez Natixis Asset Management. 

Suivez toutes les réactions et les analyses de l'élection présidentielle américaine dans notre direct.

Franceinfo : Etes-vous surpris par la réaction négative des marchés financiers dans la nuit ?

Philippe Waechter : Non. C'est la réaction classique, dans un premier temps, après un résultat inattendu. Le marché s'ajuste violemment, parce que le cadre dans lequel on va évoluer change de façon significative. Les investisseurs délaissent les actions à risques pour se tourner vers les valeurs refuges comme l'or ou les obligations. Comme après le succès du camp du Brexit, les marchés financiers du monde entier réagissent chacun de leur côté de manière désordonnée. 

Les marchés auraient-il mieux réagi à une victoire d'Hillary Clinton, présentée comme la candidate de Wall Street ? 

Si Clinton l'avait emporté, ça aurait marqué une forme de continuité, et les marchés préfèrent savoir où ils vont aller. Avec l'arrivée de Donald Trump et les mesures protectionnistes de son programme - il prévoit par exemple d'augmenter considérablement les barrières douanières avec la Chine - c'est le cycle de la globalisation lancé par Thatcher et Reagan qui se referme. L'économie américaine va se replier sur elle-même, Trump n'a pas fait mystère de sa volonté de renégocier les traités de libre-échange. Les marchés savent que les conséquences en seront négatives pour tout le monde. Nous allons avoir un choc sur le commerce mondial qui va venir des Etats-Unis.

Les mesures très libérales du programme de Donald Trump (baisse des taxes pour les profits des entreprises américaines à l'étranger, encouragement à l'exploitation des gisements pétroliers aux Etats-Unis, baisse des impôts...) ne contrebalancent-elles pas ces craintes ? 

Ce que les marchés financiers ont surtout retenu du programme de Trump, c'est sa volonté de réduire l'indépendance de la banque centrale américaine, la Fed. On peut déjà acter qu'il n'y aura pas de baisse des taux directeurs en décembre, ce qui était espéré par les marchés. 

Quelles seraient les conséquences concrètes d'une mise sous tutelle de la Fed par l'administration Trump ?

Dans les années 1970, il n'y avait qu'une banque centrale qui était vraiment indépendante du pouvoir politique, c'était la Bundesbank allemande. Et l'Allemagne était alors l'un des rares pays qui parvenaient à contenir leur inflation. Une banque centrale qui n'est plus indépendante du pouvoir, ça rend possibles un financement accru du déficit public par la Fed et une reprise de l'inflation. C'est une vraie source de préoccupation pour les marchés. Car Trump, qui a le soutien des républicains sur cette mesure et le contrôle du Congrès, peut la mettre en œuvre très rapidement.

Vous êtes à nouveau en ligne