Pour la première fois, Joe Biden se dit favorable à une procédure de destitution contre Trump

Joe Biden à Los Angeles, le 5 octobre 2019.
Joe Biden à Los Angeles, le 5 octobre 2019. (ERIC THAYER / REUTERS)

Les démocrates ont ouvert une enquête parlementaire contre Donald Trump, soupçonné d'avoir fait pression sur l'Ukraine pour nuire à Joe Biden, candidat à l'investiture démocrate pour la présidentielle de 2020.

Il sort du silence. Joe Biden, l'un des favoris à l'investiture démocrate pour la Maison Blanche,  a appelé mercredi 9 octobre pour la première fois à lancer une procédure de destitution contre le président américain Donald Trump, en affirmant qu'il avait "trahi le pays".

>> Ce qu'il faut savoir sur les soupçons de collusion avec l'Ukraine, à l'origine de la procédure de destitution qui vise Donald Trump

"Pour protéger notre Constitution, notre démocratie, nos principes fondamentaux, il doit être visé par une procédure de destitution", a déclaré l'ancien vice-président de Barack Obama, lors d'un discours devant des supporters dans le New Hampshire.

Une procédure de destitution, cela ne concerne pas seulement ce que le président a fait, mais aussi la menace que le président représente pour le pays si on lui permet de rester dans ses fonctions.Joe Biden, candidat à l'investiture démocrate pour la présidentiellelors d'un discours

Joe Biden est au coeur de l'affaire qui a poussé les démocrates de la Chambre des représentants à ouvrir une enquête en vue d'une procédure de destitution. Cet été, Donald Trump a appelé son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky pour qu'il cherche des informations compromettantes sur le démocrate et son fils, Hunter Biden. 

Malgré cela, Joe Biden avait jusqu'à mercredi été plus prudent que d'autres candidats démocrates à la Maison Blanche qui appelaient depuis des semaines à l'ouverture d'une procédure de destitution contre Donald Trump.

En l'état, même si la procédure de destitution était lancée, elle aurait peu de chances d'aboutir : le Sénat étant à forte majorité républicaine, il devrait s'opposer à la destitution. Reste que cette affaire pourrait fragiliser Donald Trump, à près d'un an de la présidentielle de 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne