Plus de 100 000 enfants en détention aux Etats-Unis en lien avec l'immigration

Lors d\'une manifestation contre la politique de Donald Trump sur l\'immigration, le 9 juin 2019, à Los Angeles (Etats-Unis).
Lors d'une manifestation contre la politique de Donald Trump sur l'immigration, le 9 juin 2019, à Los Angeles (Etats-Unis). (DAVID MCNEW / AFP)

 Au niveau mondial, ce sont au moins 330 000 enfants qui sont détenus dans 80 pays pour des raisons liées aux migrations.

Plus de 100 000 enfants sont actuellement détenus en lien avec l'immigration aux Etats-Unis. Ce total comprend les enfants détenus avec leurs parents et les mineurs détenus séparément, a affirmé lundi 18 novembre l'ONU. Plus précisément, "le nombre total des (enfants) détenus est de 103 000", a déclaré à l'AFP Manfred Nowak, principal auteur de l'Etude globale des Nations unies sur les enfants privés de liberté.

Il a qualifié de "prudente" cette estimation, basée sur les chiffres officiels ainsi que sur des sources complémentaires "très fiables". Au niveau mondial, ce sont au moins 330 000 enfants qui sont détenus dans 80 pays pour des raisons liées aux migrations, selon cette étude.

"Un traitement inhumain à la fois pour les parents et pour l'enfant"

Selon Manfred Nowak, le nombre de 103 000 enfants détenus aux Etats-Unis comprend les mineurs non accompagnés, ceux qui ont été arrêtés avec leurs proches, et ceux qui ont été séparés de leurs parents avant la détention.

L'étude examine notamment les violations de la Convention des droits de l'enfant, qui stipule que la détention des enfants ne doit être utilisée "que comme une mesure de dernier recours et pour la durée possible la plus courte". Les Etats-Unis sont le seul pays membre des Nations unies à n'avoir pas ratifié la convention, entrée en vigueur en 1990.

Mais Manfred Nowak a souligné que cela n'exonérait pas l'administration du président Donald Trump de la responsabilité de ses actes en matière de détention d'enfants migrants à sa frontière avec le Mexique. "Séparer les enfants de leurs parents, comme cela a été fait par l'administration Trump, même de jeunes enfants, à la frontière avec le Mexique (...) constitue un traitement inhumain à la fois pour les parents et pour l'enfant", a-t-il souligné.

Vous êtes à nouveau en ligne