Parcs fermés, 800 000 fonctionnaires non payés... Cinq conséquences du "shutdown" aux Etats-Unis

Le Capitole à Washington, le 21 décembre 2018, la veille du 3e \"shutdown\" sous le mandat de Donald Trump. 
Le Capitole à Washington, le 21 décembre 2018, la veille du 3e "shutdown" sous le mandat de Donald Trump.  (SAUL LOEB / AFP)

Un désaccord entre démocrates et républicains a plongé le pays dans une impasse budgétaire et un blocage de nombreuses administrations. Donald Trump menace de faire durer la situation tant que le mur à la frontière mexicaine ne sera pas financé. 

Les démocrates accusent le président de plonger les Etats-Unis "dans le chaos". Entré en vigueur samedi 22 décembre à minuit heure locale, le troisième "shutdown" du mandat de Donald Trump a entraîné la paralysie d'une partie des administrations fédérales, les fonctionnaires n'étant plus payés.

Les raisons de ce nouvel épisode de blocage ? Les parlementaires et la Maison Blanche ne sont pas parvenus à un accord concernant les 5 milliards de dollars (environ 4,4 milliards d'euros) réclamés par Donald Trump pour construire un mur à la frontière mexicaine afin d'empêcher l'arrivée de migrants. "Je ne peux pas vous dire quand le gouvernement va rouvrir. Je peux vous dire qu’il ne rouvrira pas avant que nous ayons un mur, une barrière" a déclaré le président aux journalistes à la Maison Blanche le 25 décembre. Douanes, sécurité intérieure, Nasa ou encore sites touristiques... Franceinfo liste les secteurs touchés par le gel des crédits fédéraux. 

1800 000 fonctionnaires ne sont plus payés

Le gouvernement se retrouve dans l'impossibilité de payer les salaires de 800 000 fonctionnaires fédéraux, selon les parlementaires démocrates, sur un total de 2,1 millions. Parmi eux, 400 000 employés dans des services jugés essentiels (douanes, sécurité aéroportuaire, inspection sanitaire...), sont contraints de travailler sans être payés aux échéances régulières, en pleine période de fêtes. Notamment plus de 40 000 agents de la police fédérale (FBI), de l'agence anti-drogue DEA et de l'administration pénitentiaire. 

A noter que 95% des employés de la Nasa et du ministère du Logement sont mis au chômage technique. De nombreux ministères sont également affectés, laissant environ 400 000 fonctionnaires en congés sans solde.

2Des parcs et des musées fermés ou qui pourraient l'être 

Plusieurs sites touristiques emblématiques ont été directement touchés. Il est ainsi impossible d'accéder à la balade aux pieds du Golden Gate de San Francisco (Californie). Plusieurs routes sont également bloquées dans le parc national des Montagnes rocheuses (Colorado). A Philadelphie (Pennsylvanie), les visiteurs ne peuvent pas accéder au bâtiment historique où la déclaration d'indépendance et la Constitution américaine ont été signées. 

Malgré ces quelques cas, la plupart des parcs et musées devraient toutefois rester ouverts. Mais les Etats se retrouvent obligés de mettre la main à la poche pour pallier la suspension des financements par l'Etat fédéral américain et maintenir les sites ouverts. "L'Utah veille à ce que les centres d’accueil des parcs nationaux d’Arches, de Bryce Canyon et de Zion ne ferment pas trop rapidement" précise le New York Times (article en anglais). De nombreux services aux visiteurs, comme les magasins ou les restaurants, seront sans doute fermés. 

Sur le National Mall, fameux parc du centre de Washington, les musées, monuments et mémoriaux ainsi que les sites de plein air étaient encore accessibles dimanche 23 décembre tandis que d'autres sites, comme les Archives nationales sont totalement fermées. En 2013, l'État avait perdu 500 millions de dollars de revenus tirés du tourisme, selon la Maison Blanche.3La statue de la Liberté a failli être fermée.

3La statue de la Liberté a failli être fermée

Alors que la statue de la Liberté menaçait elle aussi de subir les effets du "shutdown", elle restera finalement ouverte grâce au financement de l'Etat de New York. La ville "dépense 65 000 dollars par jour pour que la statue de la Liberté et Ellis Island soient ouvertes aux touristes" indique le New York Times. 

4Pas de sapin à Washington

En pleine période de fêtes, le symbole est de taille. Devant la Maison Blanche, l'enclos où s'élève "le sapin de Noël national" a été fermé au public. "Zone fermée, pour cause d'interruption des budgets fédéraux", pouvait-on lire sur des affichettes. Flanqué de ses petits arbres représentant les 50 Etats américains, l'arbre a été totalement éteint trois jours durant avant d'être rallumé juste à temps le 25 décembre pour le jour de Noël. 

5La Bourse dans le rouge

Depuis plusieurs semaines, les marchés financiers sont très fébriles. Vendredi 21 décembre, la perspective du "shutdown" a fait plonger les deux indices phares, le Dow Jones et le Nasdaq. 

La nervosité de Wall Street a gagné, mardi, la Bourse de Tokyo, qui a lâché plus de 5% à la clôture. Pour Makoto Sengoku, analyste à l'institut de recherche Tokai Tokyo, le plongeon des Bourses est dû à "l'impasse budgétaire ou 'shutdown' aux Etats-Unis"

La semaine dernière, Wall Street a connu sa pire semaine depuis la crise financière de 2008. De quoi attiser l'inquiétude de Donald Trump, qui s'en est pris lundi à la Banque centrale (la Fed) dans un tweet. Il écrit : "Le seul problème de notre économie, c'est la Fed. Ils ne sentent pas le marché, ils ne comprennent pas nécessairement les guerres commerciales.

Vous êtes à nouveau en ligne