Migrants : la volte-face de Donald Trump

Pour la première fois, le président américain a reculé hier, mercredi 20 juin, en signant en urgence un décret pour que les migrants enfants ne soient plus séparés de leurs parents.

Dans le bureau ovale, Donald Trump a fait enfin volte-face mercredi 20 juin. Enfants et parents migrants ne pourront plus être séparés. "Cela me tient beaucoup à coeur. Je pense que quiconque avec un coeur y est attaché. Nous n'aimons pas voir les familles séparées", a déclaré le président américain. Car même l'inflexible Donald Trump a du reculer devant les images qui font scandale. Des camps à la frontière avec le Mexique dans lequel de jeunes mineurs s'entassent derrière des grillages.

De nombreuses critiques

Prisonniers, ils pleurent. Ils sont seuls sans leur famille. Une tolérance zéro qui a valu au président américain de nombreuses critiques dans le pays comme à l'international. Il essuie désormais les critiques de son propre camp. Ses supporters, lors d'un meeting hier soir, lui reprochaient ce revirement présidentiel. "Je suis désolée pour ces personnes, mais elles ont enfreint la loi donc c'est normal qu'elles soient enfermées ainsi dans ces camps", confiait au micro de France 3 une militante. Pourtant, ce décret reste flou. Le gouvernement Trump a promis de réparer ces failles. Dès ce soir deux textes de loi seront votés au Congrés en ce sens, mais rien ne dit que la politique migratoire de Trump en sera plus clémente.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne