Malgré les sanctions de Trump, l'UE prête à tout pour faire des affaires avec l'Iran

France 3

Les pays qui continuent à commercer avec l'Iran sont menacés de mesures de rétorsion par les États-Unis. Mais l'UE a peut-être trouvé la parade en créant une bourse d'échanges qui permet de contourner les règles internationales de commerce.

L'Iran est le nouveau sujet explosif entre les États-Unis et l'Union européenne. Le président américain exhorte à isoler Téhéran et à sanctionner davantage ceux qui commercent avec. Mais Federica Mogherini, haute représentante des Affaires extérieures de l'UE, annonce solennellement comment contourner les sanctions : "Les États européens vont monter une structure pour faciliter les transactions financières légales avec l'Iran et cela permettra à nos entreprises de continuer à faire du commerce".

Un message très politique

Le but est de permettre à Total, PSA, Air France et tous les groupes européens qui ont quitté l'Iran d'y retourner. Concrètement, l'Iran pourrait fournir du pétrole à l'Espagne en passant par une sorte de bourse d'échanges. L'Allemagne pourrait fournir des machines-outils en passant par la même bourse, sans jamais avoir fait de transactions directes en dollars. Les milieux d'affaires en France doutent de son efficacité. L'UE envoie surtout un message très politique à Donald Trump, mais aussi à Téhéran pour dire qu'elle est bien déterminée à sauver l'accord sur le nucléaire iranien par tous les moyens.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne