"Les gens commencent à changer d’opinion" : dans l'Ohio, les militants démocrates tentent de séduire les électeurs déçus de Donald Trump

Aileen Wagner, la candidate démocrate à la municipalité de Westerville (Ohio), le 2 novembre 2019.
Aileen Wagner, la candidate démocrate à la municipalité de Westerville (Ohio), le 2 novembre 2019. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

À un an de l'élection présidentielle, les militants démocrates s'affairent à ravir les électeurs républicains de cet État pivot en misant sur la déception provoquée par le président Donald Trump.

Tree Bend Drive est une petite banlieue résidentielle de Westerville dans l'Ohio. Chacune des maisons arbore des décorations d’Halloween, exceptée celle située au numéro 747. Chez Aileen Wagner. Aux citrouilles et sorcières, elle préfère des pancartes électorales plantées sur sa pelouse.

"Je suis candidate aux élections municipales, je suis démocrate ce qui fait de moi une exception ici !", explique-t-elle. "Et là, je vais aller parler aux électeurs." Une façon aussi de faire campagne pour les démocrates pour l'élection présidentielle dont le scrutin se tiendra dans un an, le 4 novembre 2020.

En 2016, Aileen Wagner faisait déjà du porte-à-porte pour soutenir Hillary Clinton. Pourtant dans ce "swing state", état-pivot où le vote peut faire basculer le résultat final de l'élection, les électeurs ont voté majoritairement pour Donald Trump en 2016. L'État est également resté à majorité républicaine pour les élections demi-mandat en 2018.

Des électeurs républicains déçus par Donald Trump

Jim, le voisin d'Aileen Wagner est justement républicain retraité. Il y a trois ans, il a voté pour Donald Trump, mais il se dit aujourd'hui "très déçu". "Il ne se comporte pas comme un président. Il faut être respectueux et digne et il n’est rien de tout ça," affirme Jim qui confie qu'il ne revotera pas pour Donald Trump. "Je suis ravie d’entendre ça", réagit Aileen Wagner. "Les gens commencent à changer d’opinion ils ne sont pas figés."

Un peu plus loin chez Steven, également républicain, se dit aujourd'hui mal à l'aise d'avoir Donald Trump comme président. "Ça m’embarrasse qu’il soit mon président ! Quand vous êtes élu à cette fonction, vous avez une réputation à tenir. Mais lui, il ne fait pas ça. Je ne suis pas fan !"

Un désamour à la faveur des démocrates

Injurieux, provocateur. Pour Aileen, le comportement de Donald Trump joue en faveur des démocrates. "Ce modèle qu’il donne à nos enfants, à notre nation, ce n’est pas ce que nous voulons. Alors oui, il nous facilite la tâche mais rien n’est garanti. Il faut que les militants démocrates se motivent pour qu’on le batte. Et c’est beaucoup de travail dans un État comme l’Ohio." Car ce "swing state" peut voter autant démocrate que républicain. Christie, mère de famille en est l’incarnation. "J’ai voté pour Trump. Mais il y a des fois où je suis d’accord avec lui et d’autres pas."

Mais vous savez, une année je suis démocrate et une autre républicaine et je pense que c’est très bien !Christieà franceinfo

Des électeurs comme Christie sont nombreux, explique Aileen. "On a beaucoup de swing voters. C'est un challenge donc le candidat démocrate qui sera choisi, il devra captiver les électeurs. C’est ce qui a fait la différence pour Barack Obama et ça va être beaucoup de boulot."

Des militants démocrates pendant une séance de Postcard Party au Harry Buffalo, bar de Westerville (Ohio), le 2 novembre 2019.
Des militants démocrates pendant une séance de Postcard Party au Harry Buffalo, bar de Westerville (Ohio), le 2 novembre 2019. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Le candidat démocrate doit aller à la "rencontre de la population"

Aileen retrouve ses amis militants au Harry Buffalo Bar pour une séance de Postcard Party. Des cartes postales écrites à la main pour remplacer les tracts. C’est à Westerville que s’est tenu le 4e débat entre candidats à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020. Anne l’a regardé à la télévision. "Je n’ai pas de préférence pour le moment. J’ai encore besoin d’en savoir plus sur les candidats. Il faut qu’ils rencontrent la population, surtout ici en Ohio, qu’ils parlent aux agriculteurs. Il y a aussi beaucoup de gens dans cet État qui n’ont pas de travail." Et pour les électeurs de Trump, Anne a un message : "Je veux qu’ils l’observent réellement et qu’ils n’écoutent pas seulement ce que dit Fox News. Sérieusement ! Lisez le New York Times ou le Whashington Post, pour voir ce qui se passe réellement dans notre démocratie !", lance la militante.

Le reportage à Westerville (Ohio) de Farida Nouar.
--'--
--'--

États-Unis, un avant la présidentielle

Dans un an, on saura si Donald Trump est reconduit pour un deuxième mandat, ou bien s’il doit laisser la place à la Maison Blanche à un ou une démocrate. L'élection présidentielle aura lieu le 3 novembre 2020.

À cette occasion, franceinfo est allée à la rencontre des Américains, aux opinions, cultures, parcours différents. Retrouvez ces reportages :

- Dans l'Ohio, les démocrates tentent de reconquérir les électeurs de Donald Trump
- Dans l'Indiana, les ouvriers déçus de Donald Trump
- Au Texas, la base électorale de Donald Trump toujours fidèle au président américain
- En Oklahoma, à la rencontre de la gauche américaine, sur les traces du chanteur de folk Woody Guthrie
- À Detroit, les Afro-Américains jugent sévèrement le bilan de Donald Trump

Vous êtes à nouveau en ligne