Les Etats-Unis affirment avoir abattu un drone iranien qui s'approchait d'un de leurs navires dans le détroit d'Ormuz

L\'USS Boxer, navire américain qui a abattu un drone iranien le 18 juillet 2019, ici lors d\'un ravitaillement en mer quatre jours plus tôt, sur une photo de la marine américaine qui n\'a pas dévoilé sa localisation.
L'USS Boxer, navire américain qui a abattu un drone iranien le 18 juillet 2019, ici lors d'un ravitaillement en mer quatre jours plus tôt, sur une photo de la marine américaine qui n'a pas dévoilé sa localisation. (KEYPHER STROMBECK / NAVY OFFICE OF INFORMATION / AFP)

En juin, c'est un drone américain qui avait été détruit par l'Iran. Donald Trump avait affirmé avoir renoncé à la dernière minute à des frappes aériennes en représailles.

La tension entre Washington et Téhéran va-t-elle encore monter d'un cran ? Les Etats-Unis ont abattu un drone iranien au-dessus du détroit d'Ormuz, a annoncé Donald Trump, jeudi 18 juillet. L'engin s'était approché à moins d'un kilomètre d'un navire américain, l'USS Boxer, qui a entrepris "une action défensive", a affirmé le président américain.

"C'est le dernier de nombreux actes de provocation et d'hostilité de la part de l'Iran contre des navires opérant dans les eaux internationales", a estimé Donald Trump. Il a affirmé que les Etats-Unis "se réservent le droit de défendre [leur] personnel, [leurs] installations et intérêts", et appelé le reste du monde à "condamner l'Iran".

Interrogé peu après lors de son arrivée au siège de l'ONU à New York, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a affirmé n'avoir "aucune information sur la perte d'un drone""Aucun doute, nous l'avons abattu", a insiste Donald Trump vendredi.

De nombreux incidents dans le détroit d'Ormuz

Le 20 juin, les Gardiens de la Révolution iraniens avaient annoncé avoir abattu un drone américain qui avait "violé l'espace aérien iranien", ce que Washington conteste. Donald Trump avait affirmé avoir ordonné des frappes aériennes contre l'Iran en réponse, mais avoir décidé à la dernière minute de les annuler pour éviter un lourd bilan humain.

Les incidents se multiplient entre des navires iraniens et occidentaux dans le détroit d'Ormuz, limitrophe de l'Iran et où transite une grande partie du pétrole mondial. Jeudi, les Gardiens de la révolution ont annoncé qu'ils détenaient un tanker "étranger" qui avait été arraisonné dimanche et se livrait, selon eux, à de la "contrebande" de carburant.

Ces incidents se produisent sur fond de tensions concernant notamment l'accord sur le nucléaire iranien, dont l'Iran a renoncé à appliquer plusieurs engagements en réponse au rétablissement des sanctions américaines.

Vous êtes à nouveau en ligne