Les Etats-Unis autorisés à promouvoir les énergies fossiles au G20 : "On a sacrifié l'ambition climatique" selon Greenpeace

Donald Trump au sommet du G20 de Hambourg en Allemagne, le 8 juillet 2017.
Donald Trump au sommet du G20 de Hambourg en Allemagne, le 8 juillet 2017. (SAUL LOEB / POOL)

Après l'accord scellé lors du G20 permettant aux Etats-Unis l’utilisation propre des énergies fossiles, le directeur de Greenpeace France, Jean-François Julliard, dénonce un sacrifice de "l’ambition climatique". 

Le sommet du G20 de Hambourg en Allemagne s'est terminé samedi 8 juillet par l'adoption d'un communiqué final actant l'isolement des Etats-Unis sur la question de la lutte contre le changement climatique, un mois après la sortie de Washington de l'accord de Paris. Cet accord permet à Donald Trump l’utilisation propre des énergies fossiles. Cela signifie que les Etats-Unis peuvent continuer à exploiter leur gaz de schiste.

"On ne comprend pas", s'est indigné dimanche sur franceinfo Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France. "On se retrouve avec une unité d’apparence", a-t-il estimé. Pour lui, "on a sacrifié l’ambition climatique". 

franceinfo : Est-ce que vous comprenez cette concession faite aux Etats-Unis et est-elle acceptable selon vous au nom de l’unité du G20 selon les termes d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel ?

Jean-François Julliard : Non, on ne la comprend pas. On l’a contestée pendant tout le G20. On a demandé à madame Merkel de ne pas sacrifier l’ambition de ce G20 au nom de l’unité. Au final, on se retrouve avec une unité d’apparence, parce que très honnêtement, ce n’est pas parce que les Etats-Unis ont signé le communiqué final qu’ils sont alignés sur ces questions-là avec le G20. On a sacrifié complètement l’ambition climatique. Pour nous, c’est un vrai recul. La seule bonne nouvelle est qu’il n’y a pas d’autres pays qu’on a perdus en course. Les Etats-Unis sont bel et bien perdus. Ils se lancent maintenant dans un processus parallèle qu’ils ont inventé au cours de ce G20, qui ne repose sur rien, qui va leur permettre d’aller voir d’autres pays pour les encourager à développer les énergies fossiles propres. Il faut que Donald Trump nous explique ce que cela signifie car pour nous il n’y a pas d’énergies fossiles propres compatibles avec le climat.

Est-ce-que vous estimez qu’en accordant cette concession aux Etats-Unis, ça ne permet pas de les garder dans le jeu du G20 et de garder un droit de regard sur ce que va faire en terme de politique climatique Donald Trump ?

Peut-être que cela permet de garder les Etats-Unis dans le jeu du G20 pour d’autres questions comme le terrorisme ou la finance mondiale, mais pas pour les questions climatiques. Les Etats-Unis ont clairement mentionné dans le communiqué final qu’ils n’allaient pas mettre en place l’engagement pris au moment de la signature de l’accord de Paris et qu’au contraire, ils allaient continuer de développer les énergies fossiles. Ils ne prennent pas la bonne direction pour lutter contre le dérèglement climatique. Le G20 a donc échoué en ce sens.

Macron annonce un nouveau sommet climat le 12 décembre à Paris, est-ce dans la continuité de la Cop 21 ?

Nous ce que l’on demande, ce sont des actes concrets, des mesures concrètes. On le demande à Emmanuel Macron pour la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables. On l’a demandé à Angela Merkel sur la sortie du charbon en Allemagne. En France, il faut qu'Emmanuel Macron passe de la posture communication à la posture action.