Le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris : "C'est un petit discours pour un président, une catastrophe pour l'Humanité"

FRANCEINFO

Armelle Le Comte, responsable du climat et de l'énergie à Oxfam France et Alain de Chalvron, éditorialiste de politique étrangère pour France Télévisions, sont les invités de Julien Benedetto sur Franceinfo.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est un coup de tonnerre politique et écologique. Donald Trump annonce que les Etats-Unis se retirent de l'accord de Paris sur le climat. 

Armelle Le Comte, responsable du climat et de l'énergie à Oxfam France et Alain de Chalvron, éditorialiste de politique étrangère pour France Télévisions, réagissent à la déclaration du président américain sur le plateau de Julien Benedetto, jeudi 1er mai, sur Franceinfo.

"L'accord de Paris désavantage les Etats-Unis par rapport aux autres pays. Il est injuste et déséquilibré", a déclaré Donald Trump. Pour Armelle Le Comte, la décision de Donald Trump est "honteuse" et "irresponsable". Elle ajoute : "C'est une insulte aux pays en développement qui subissent jour après jour les impacts du changement climatique. En Afrique de l'Est, il y a une famine dramatique qui est exacerbée par le changement climatique. Et d'entendre ce soir Donald Trump balayer d'un revers de la main ces difficultés, c'est proprement scandaleux".

L'électorat avec l'écologie

Le retrait de l'accord de Paris est un défi à la communauté internationale. "Un éditorialiste très connu aux Etats-Unis a dit après le discours que "l'Histoire retiendra que c'est le jour où les Etats-Unis sont sortis de la communauté internationale"", rapporte Alain de Chalvron. Selon lui, "c'est toute la planète" qui est concernée par la décision de Donald Trump. "C'est un petit discours pour un président, une catastrophe pour l'Humanité", résume-t-il.

Depuis son élection, Donald trump a essuyé de nombreux échecs. Des promesses de campagne n'ont pas pu être tenues. Le retrait de l'accord de Paris, "c'est une promesse qu'il tient parce qu'il flatte son électorat", explique Alain de Chalvron.

Vous êtes à nouveau en ligne