Le petit mensonge de Donald Trump sur son exemption du service militaire

Donald Trump se rend dans les bureaux du parti républicain, à Washington D.C. (Etats-Unis), le 12 mai 2016.
Donald Trump se rend dans les bureaux du parti républicain, à Washington D.C. (Etats-Unis), le 12 mai 2016. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Jusqu'ici, le candidat républicain à la présidentielle américaine expliquait avoir eu de la chance lors d'un tirage au sort, ce qui lui a permis d'éviter le service militaire en 1968, en pleine guerre du Vietnam. En réalité, il a évité l'enrôlement pour une raison médicale, révèle le "New York Times".

C'est un vieux mensonge qui refait surface. A en croire le New York Times (en anglais), mardi 2 août, Donald Trump n'a pas effectué son service militaire obligatoire pour une raison médicale, après l'obtention de son diplôme universitaire. Une version qui diffère quelque peu de celle livrée jusqu'ici par l'intéressé.

En 1968, après une fac de commerce, le jeune homme de 22 ans avait déjà bénéficié de quatre sursis accordés par l'armée, afin de terminer ses études. En bonne condition physique, fraîchement diplômé, il aurait dû accomplir son service militaire. Mais voilà. En 2011, lors d'un entretien télévisé, le milliardaire s'est vanté "d'avoir tiré un numéro très élevé" lors d'un tirage au sort, ce qui lui aurait évité un départ au Vietnam et lui aurait permis de vivre "une période incroyable de sa vie".

Un médecin décèle un éperon osseux au talon

Cette version, toutefois, n'est pas cohérente, selon le New York Times, car le premier tirage au sort de l'armée n'a eu lieu que 18 mois après son départ pour l'école de commerce de Wharton, en Pennsylvanie. Ces loteries ont été organisés aux Etats-Unis de décembre 1969 à 1973. En fait, la raison de cette exemption est tout autre.

Après avoir examiné le jeune homme, un médecin lui a en effet diagnostiqué un éperon osseux au talon. C'est bien cette anomalie qui a permis au jeune Donald Trump d'échapper à l'enrôlement militaire. Malgré sa promesse, le candidat républicain n'a pas fourni de copie de document au quotidien américain. Et les documents des archives ne mentionnent pas la raison médicale qui a permis cette exemption.

Une maladie "mineure" selon le candidat républicain

Le mois dernier, dans le New York Times, le candidat républicain à la Maison Blanche avait toutefois évoqué cet éperon, le qualifiant de maladie "mineure" qui n'avait pas eu de réel impact sur sa santé. Le concurrent d'Hillary Clinton n'a jamais caché son opposition à l'intervention américaine au Vietnam, comme le rappelle le quotidien. Il a notamment qualifié cette opération de "ridicule".

Avec ce petit mensonge, Donald Trump risque de rallumer les critiques, alors qu'il est déjà au cœur d'une polémique, après s'en être pris à la famille d'un soldat américain musulman tué en Irak. A cette occasion, l'ancien candidat à la présidentielle et prisonnier du Vietnam, John McCain, lui avait demandé de monter "l'exemple au pays et au parti républicain".

Vous êtes à nouveau en ligne