Histoire secrète : comment Donald Trump a lâché les Kurdes

FRANCE 2

Bien que menaçant dans sa lettre envoyée à son homologue turc, Donald Trump n'a pas non plus hésité à abandonner les Kurdes quelques jours plus tôt. Jeudi 17 octobre, son vice-président, Mike Pence, a obtenu le cessez-le-feu des forces turques en Syrie en échange de la levée des sanctions américaines.

Donald Trump et le président turc Recep Tayyip Erdogan sont les deux personnages clés d'une histoire secrète, celle qui a conduit le président américain à lâcher les Kurdes. Tout commence par un coup de fil entre les deux leaders, dimanche 6 octobre. La Turquie a déjà annoncé qu'elle allait lancer une offensive sur le nord-est de la Syrie. Pendant la conversation, selon une source américaine, "Trump a été mis devant le fait accompli. Il n'a rien pu négocier". Le président américain prend alors une décision qui change toute la donne dans cette région : le retrait des troupes américaines de Syrie. Les Kurdes sont abandonnés.

"Pour quelles raisons nous ferait-on confiance ?"

"Comment allons-nous maintenant trouver des partenaires ? Pour quelles raisons nous ferait-on confiance ?", s'interroge, alarmiste, une source militaire du Pentagone. Donald Trump, critiqué dans son propre camp, envoie alors le 9 octobre une lettre surréaliste au président Erdogan. "Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l'idiot !", lui commande-t-il. Un langage inhabituel, pas diplomatique du tout, pour convaincre le président Erdogan de stopper son offensive. Cet avertissement au ton puéril qui ne servira à rien. Pendant sept jours, Recep Tayyip Erdogan poursuit son offensive, même si jeudi 17 octobre au soir, face à la pression américaine, il semble changer de ton.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne