Guerre commerciale : Trump "ordonne" aux entreprises américaines de quitter la Chine

Donald Trump, le 15 août 2019 dans le New Hampshire.
Donald Trump, le 15 août 2019 dans le New Hampshire. (NICHOLAS KAMM / AFP)

"Nous n'avons pas besoin de la Chine et, franchement, on se porterait bien mieux sans eux", a réagi Donald Trump après l'instauration de nouveaux droits de douane par Pékin.

Les nouveaux droits de douane décidés par Pékin suscitent la colère de Donald Trump. Le président américain s'est fendu vendredi 23 août d'une série de tweets particulièrement agressifs, ce qui a fortement inquiété les marchés financiers, le Dow Jones abandonnant 2,35% à la clôture. Les places européennes, toutes orientées à la baisse, ont également très mal réagi.

La Chine a annoncé son intention d'imposer de nouveaux droits de douane sur 75 milliards de dollars d'importations en provenance des Etats-Unis, en représailles aux taxes douanières supplémentaires que prévoit d'instaurer prochainement Washington. "Nous n'avons pas besoin de la Chine et, franchement, on se porterait bien mieux sans eux", a écrit le locataire de la Maison Blanche. Evoquant "les énormes sommes d'argent volées par la Chine aux Etats-Unis", il a martelé sa détermination à y mettre fin.

Dans cette série de messages, Donald Trump "ordonne" aux sociétés américaines de produire ailleurs qu'en Chine, sans préciser par quels moyens il entend contraindre des groupes privés à suivre ses instructions : "J'ordonne à nos merveilleux groupes américains de commencer immédiatement à chercher des alternatives à la Chine, y compris de rapatrier vos sociétés et de fabriquer vos produits aux Etats-Unis."

Les entreprises américaines sont engagées massivement en Chine depuis plusieurs décennies, soit sous forme d'investissements directs, de chaînes de production ou simplement comme clients ou fournisseurs.

L'appel au calme de la Chambre de commerce américaine

Depuis un an que Donald Trump a déclenché son combat à coups de tarifs douaniers punitifs contre les pratiques commerciales de l'Empire du Milieu, qu'il juge "déloyales", nombre d'entreprises américaines ont cherché des alternatives dans des pays voisins à bas coûts, mais la transition est difficile, coûteuse, et les infrastructures souvent insuffisantes.

La Chambre de commerce américaine a lancé un appel au calme. "Nous ne voulons pas d'une nouvelle détérioration des relations sino-américaines", explique t-elle dans un communiqué, qui souligne que "40 ans de relations commerciales entre nos deux pays ont été pour l'essentiel productives, constructives et mutuellement bénéfiques".

La guerre commerciale entre les deux premières économies du monde crée énormément d'incertitude dans le monde entier, au point de peser sur la croissance à un moment ou l'Europe est fragilisée sous le double coup de crises politiques en Italie et au Royaume-Uni et d'une Allemagne au bord de la récession.

Vous êtes à nouveau en ligne