"Faire partie de la communauté noire, c'est faire plus d'efforts que les autres" : à Detroit, les Afro-Américains jugent sévèrement le bilan de Donald Trump

Vue de Detroit, aux États-Unis.
Vue de Detroit, aux États-Unis. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Detroit, dans le Michigan, est l’une des villes les plus pauvres des États-Unis, où plus des trois quarts des habitants sont Afro-Américains. Quel regard portent-ils sur la présidence Trump ?

Même si le centre-ville est en plein renouveau, Detroit ne s'est pas totalement relevée de la faillite de 2013. Dans cette ville du Michigan, qui fait partie des plus pauvres des États-Unis, les maisons délabrées où poussent les herbes folles font encore partie du paysage et la ville reste l'une des plus dangereuses du pays. Donald Trump n'a rien fait pour améliorer la situation, fulmine Daniel, devant le perron de sa maison : "On paye des impôts tous les ans et on n'a rien en retour. Aux infos, ils ont dit qu'un enfant de 4 ans avait fêté son anniversaire dans un parc, ici, et ça a été son dernier anniversaire. J'ai un enfant et je ne l'amène plus au parc."

Dans cette ville de Detroit, plus de 80% des habitants sont Afro-Américains. En 2016, Donald Trump les avait incités à voter pour lui, mais ces électeurs avaient préféré le bulletin Hillary Clinton. Aujourd'hui, ils portent un regard critique sur les trois ans de présidence du milliardaire.

Avec notre argent, Trump équipe son service de sécurité avec des super voitures, mais ça ne sert pas à lutter contre la criminalité ici.Daniel, un habitant de Detroità franceinfo

Pas d'amélioration économique non plus sous Trump, constate Chris, car même si le chômage des Noirs est au plus bas, il est toujours plus difficile pour les minorités de trouver un emploi. "Les membres de la communauté afro-américaine ont toujours beaucoup moins d'opportunités que les Blancs quand ils cherchent du travail. Trump s'en fiche de la classe populaire et la classe populaire, c'est surtout la communauté noire", explique l'habitant.

Sentiment partagé par Isabelle, jeune étudiante : "Faire partie de la communauté noire, c'est faire plus d'efforts que les autres, se battre. Et notre président n'a pas rendu les choses plus faciles. Mais c'est aussi valable pour les autres minorités dans l'ensemble."

"Il ne se sent pas concerné par les Afro-Américains"

Depuis trois ans, le président américain est souvent accusé de racisme. En juillet dernier, il se défendait de ces accusations après ses attaques contre un élu noir de Baltimore. "Je suis la personne la moins raciste du monde. Ce que j'ai fait pour les Afro-Américains en deux ans et demi, aucun autre président n'est capable de le faire", avait-il alors déclaré.

Donald Trump peut à la fois condamner le suprémacisme blanc et demander à des élus démocrates issus des minorités de retourner d'où elles viennent. Pour Isabelle, difficile, donc, de se positionner : "Il ne se sent pas concerné par les Afro-Américains, ni par aucune minorité. Mais je ne peux pas affirmer catégoriquement qu'il est raciste, parce qu'il n'a jamais dit ouvertement : 'Je n'aime pas cette communauté-ci ou celle-là'. Mais c'est vrai que ses actions parlent plus que les mots."

En 2016, le candidat Trump a assuré que s'il était élu, il obtiendrait 95% du vote noir américain pour sa réélection en 2020.

Le reportage franceinfo de Farida Nouar à Detroit.
--'--
--'--

États-Unis, un avant la présidentielle

Dans un an, on saura si Donald Trump est reconduit pour un deuxième mandat, ou bien s’il doit laisser la place à la Maison Blanche à un ou une démocrate. L'élection présidentielle aura lieu le 3 novembre 2020.

À cette occasion, franceinfo est allée à la rencontre des Américains, aux opinions, cultures, parcours différents. Retrouvez ces reportages :

- Dans l'Ohio, les démocrates tentent de reconquérir les électeurs de Donald Trump
- Dans l'Indiana, les ouvriers déçus de Donald Trump
- Au Texas, la base électorale de Donald Trump toujours fidèle au président américain
- En Oklahoma, à la rencontre de la gauche américaine, sur les traces du chanteur de folk Woody Guthrie
- À Detroit, les Afro-Américains jugent sévèrement le bilan de Donald Trump

Vous êtes à nouveau en ligne