États-Unis : Trump et Pelosi se rendent coup pour coup au grand jour

franceinfo

Lors du discours sur l'état de l'union devant le Congrès américain mardi 4 février, Donald Trump n'a pas fait allusion à la procédure de destitution, mais il a refusé de serrer la main de la démocrate Nancy Pelosi, qui a ensuite déchiré son discours.

C'est une provocation devant les caméras. Mardi 4 février, avant l'allocution de Donald Trump sur l'état de l'union au Congrès américain, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, tend la main à Donald Trump par protocole, mais ce dernier la snobe et c'est avec un dédain manifeste qu'elle l'écoute vanter son bilan. "Notre économie est la meilleure de notre histoire, nous avons reconstruit nos forces militaires, leur puissance est inégalée dans le monde et de loin, l'emploi est en plein boom, les revenus et la confiance montent en flèche, la pauvreté s'effondre, le crime est en baisse et notre pays est à nouveau florissant", a lancé de président des États-Unis à la tribune.

"La chose la plus courtoise à faire"

À la fin de son discours, le vice-président Mike Pence se lève pour applaudir, Nancy Pelosi se lève également, mais déchire sciemment le discours du chef de l'État devant les caméras. La scène est à l'image d'un pays divisé comme jamais. "Ce discours était un tissu de mensonges", a expliqué la démocrate. "C'était la chose la plus courtoise à faire étant donné les alternatives". La porte-parole du président a dénoncé le comportement suffisant et élitiste et la haine aveugle de Nancy Pelosi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne