Etats-Unis : Trump annonce le départ de sa ministre de la Sécurité intérieure, chargée de l'immigration

Le président américain Donald Trump et la ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, le 12 octobre 2017 à Washington. 
Le président américain Donald Trump et la ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, le 12 octobre 2017 à Washington.  (MANDEL NGAN / AFP)

Ce renvoi signale une nouvelle fois la volonté du président américain de durcir sa politique d'immigration, au moment où le nombre d'interpellations de clandestins est en forte hausse à la frontière des Etats-Unis avec le Mexique. 

Donald Trump a annoncé, dimanche 7 avril, le départ de sa ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, signalant une nouvelle fois sa volonté de durcir sa politique d'immigration au moment où le nombre d'interpellations de clandestins est à son plus haut niveau. "La ministre de la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen va quitter ses fonctions, et je voudrais la remercier pour son travail", a tweeté laconiquement dimanche soir le président américain.

Le président américain a ajouté qu'il la remplaçait par Kevin McAleenan, jusque-là chef du service américain des douanes et de protection des frontières (CPB). Ce dernier aura pour l'instant le titre de ministre de la Sécurité intérieure par intérim.

Un marqueur de sa présidence

Donald Trump s'était rendu vendredi à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, où il a commencé à faire ériger un mur pour empêcher le passage des candidats à l'immigration illégale. Il se plaint régulièrement de la faiblesse des lois américaines sur l'immigration et bataille avec le Congrès pour financer ce mur qui est l'une des principales promesses de sa campagne de 2016.

La police aux frontières estime à plus de 100 000 au mois de mars le nombre d'interpellations d'immigrants qui transitent par le Mexique mais sont pour la plupart originaires de trois pays d'Amérique centrale – Honduras, Salvador, Guatemala. Il s'agit, selon elle, du plus haut total mensuel depuis environ dix ans.

Dans ce contexte, le renvoi de la ministre de Sécurité intérieure apparaît comme une nouvelle manifestation de l'impatience du milliardaire républicain face à ce qu'il perçoit comme une absence de progrès sur un dossier qui est un marqueur de sa présidence. 

Vous êtes à nouveau en ligne