Etats-Unis : les électeurs démocrates partagés sur la cohabitation avec Donald Trump

Au lendemain des midterms, mercredi 7 novembre, Donald Trump s\'est tour à tour montré cajoleur et menaçant vis-à-vis de ses adversaires démocrates.
Au lendemain des midterms, mercredi 7 novembre, Donald Trump s'est tour à tour montré cajoleur et menaçant vis-à-vis de ses adversaires démocrates. (AL DRAGO / CONSOLIDATED NEWS PHOTO / DPA / AFP)

Donald Trump se dit prêt à travailler avec les démocrates s'ils renoncent à leur projet d'enquête sur sa présidence. Mais dans le Wisconsin, qui vient par exemple d'élire un gouverneur démocrate, les électeurs demandent des comptes au président.

Après les élections américaines de mi-mandat, la cohabitation s'annonce explosive pour Donald Trump. Si son parti républicain a renforcé sa majorité au Sénat, les démocrates ont ravi la Chambre des représentants et pourraient ainsi bloquer les prochaines lois. L'équilibre politique est bouleversé. Mercredi 7 novembre, le président américain s'est donc dit prêt à travailler avec les démocrates, mais à condition qu'ils renoncent à leurs projets d'enquêtes sur sa présidence et ses finances.

Ils (les démocrates) peuvent jouer à ce petit jeu, mais nous sommes meilleursDonald Trump

Justice, enquête et destitution

Ce sont les trois mots qui reviennent en boucle dans les rues de Madison, capitale de l'État du Wisconsin qui vient d'élire le démocrate Tony Evers au poste de gouverneur. Les électeurs ne veulent pas entendre les menaces de Donald Trump. "Le plus important maintenant, c'est de demander des comptes au président", explique Ryan qui travaille dans l'administration. Selon lui, "les Américains ont les yeux bandés" et "les enquêtes parlementaires sont sans doute la meilleure chose à faire".

J'aimerais faire des compromis mais je ne crois pas Donald Trump sincère...Molly, électrice démocrateà franceinfo

Molly, elle, ne fait pas confiance à la main tendue par Donald Trump qui, avant de se montrer menaçant avec l'opposition démocrate, disait mercredi qu'il "adorerait l'unité, la paix, et l'amour". "Il a déjà dit qu'il voulait travailler avec les démocrates mais il ne l'a jamais fait", rappelle-t-elle avant de conclure : "Je pense donc que l'on doit rester fort et faire bloc".

La crainte d'une absence de gouvernance

Pour Nick, jeune avocat démocrate, les compromis sont au contraire indispensables. Il se souvient de la présidence Obama et surtout du Sénat, alors contrôlé par les républicains. "C'était exactement leur stratégie", se remémore-t-il avant de préciser : "Ils faisaient obstruction à tout ce qu'Obama voulait faire !". Nick espère donc que l'histoire ne va pas se répéter. "Ces gens sont élus pour agir", affirme-t-il en militant pour une cohabitation efficace.

Vous êtes à nouveau en ligne