Etats-Unis : le Congrès rejette le financement d'urgence du mur frontalier de Donald Trump, qui promet son veto

Le Capitol à Washington D.C., le 7 novembre 2018. (photo d\'illustration) 
Le Capitol à Washington D.C., le 7 novembre 2018. (photo d'illustration)  (ZACH GIBSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le Sénat, malgré une majorité républicaine, a annulé la situation d'"urgence nationale" décrétée par le président américain pour financer son mur à la frontière mexicaine.

Donald Trump a subi, jeudi 14 mars, une véritable humiliation au Congrès américain avec le rejet du financement d'urgence du mur qu'il construit à la frontière mexicaine afin de lutter contre l'immigration clandestine, grâce à la défection de 12 sénateurs de son propre camp. Défendant l'un des projets les plus emblématiques de sa présidence, Donald Trump a juré de bloquer avec un veto la résolution adoptée. "VETO!" a-t-il tweeté juste après le vote. Puis, dans un second tweet : "J'ai hâte d'opposer mon veto à cette résolution d'inspiration démocrate"

Un veto pour sauver sa promesse de campagne 

Pour la première fois de son mandat, Donald Trump doit dégainer son veto présidentiel pour sauver sa grande promesse de campagne malgré une majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100). Le nombre de rebelles républicains a enflé ces derniers jours, tous opposés à la situation d'"urgence nationale" décrétée par le président américain afin de contourner le Congrès qui refusait de lui accorder le budget pour le mur.

C'est parce qu'ils estiment qu'il a piétiné, avec cette mesure d'"urgence nationale", les pouvoirs constitutionnels du Congrès que les 12 sénateurs républicains ont soutenu la résolution démocrate. Il semble improbable que le Congrès outrepasse le veto présidentiel, car cela nécessiterait une majorité des deux tiers dans les deux chambres. L'édification de ce mur hautement controversé pourra donc se poursuivre.

Vous êtes à nouveau en ligne