États-Unis : l'acte de résistance de la ville de San Francisco face à Donald Trump

Donald Trump, le 21 décembre 2016, en Floride (États-Unis)
Donald Trump, le 21 décembre 2016, en Floride (États-Unis) (JIM WATSON / AFP)

Alors que Donald Trump ne prendra officiellement ses fonctions que le 20 janvier prochain, la ville de San Francisco a d'ores et déjà adopté une résolution en forme de plaidoyer contre le nouveau président élu des Etats-Unis.

Il ne sera intronisé 45e président des États-Unis que le 20 janvier 2017. Mais Donald Trump doit déjà faire face à des actes de résitance. Le conseil des autorités de surveillance de la ville de San Francisco en Californie, à grande majorité démocrate, a récemment adopté une résolution dans laquelle il assure qu'il ne suivra pas certaines directives du futur président.

San Francisco veut garantir les droits des femmes et des homosexuels

Dans le premier point de leur texte, daté de fin novembre, les autorités locales assurent que "quelles que soient les menaces proférées par le président élu", San Francisco continuera d’accueillir des citoyens du monde entier. "Il y a ici le Golden Gate : nous construisons des ponts, pas des murs", est-il notamment écrit.

La résolution prévient également que les autorités locales refuseront tout retour en arrière sur le droit des femmes, "que ce soit dans le domaine de la santé, du travail ou dans n’importe quel domaine menacé par un homme qui traite les femmes comme des obstacles à rabaisser ou des objets à agresser". Lors de la campagne de l'élection présidentielle américaine, Donald Trump s'était notamment prononcé contre l’avortement et s'était vu accuser à plusieurs reprises d'agressions sexuelles.

Nous nous assurerons que nos jeunes filles grandiront avec des modèles qui leur montrent qu’elles peuvent être et faire ce qu’elles veulentConseil des autorités de surveillance de San Francisco

Pour les autorités locales de San Francisco, pas question non plus de remettre en question le mariage homosexuel, en vigueur dans la ville depuis maintenant douze ans. "San Francisco n’arrêtera jamais de se battre pour vous", détaille la résolution en s'adressant à la communauté LGBT, qui représente près qu'un quart de la population de la ville. Quant au changement climatique, que Donald Trump a mis en doute à plusieurs reprises, "ce n'est pas un canular ou un complot des Chinois", soulignent les autorités locales.

Donald Trump ne peut pas changer qui nous sommes et il ne changera jamais nos valeursConseil des autorités de surveillance de San Francisco

Ce plaidoyer contre le futur Président sonne comme un acte de résistance, dans une ville où la candidate démocrate Hillary Clinton avait obtenu plus de 84% des voix lors de l'élection présidentielle du 8 novembre. Après la victoire de Donald Trump, les appels à la sécession de l'État de Californie avaient fleuri sur les réseaux sociaux, relayés par les hashtags #Calexit, #Califrexit ou encore #Caleavefornia.

Vous êtes à nouveau en ligne