États-Unis : Trump apaise comme il peut la polémique après sa rencontre avec Poutine

France 3

Aux États-Unis, Donald Trump rétropédale mardi 17 juillet. Devant Vladimir Poutine la veille, il avait assuré que la Russie n'était pas intervenue dans la campagne présidentielle américaine, contredisant l'enquête américaine.

On peut appeler cela un rétropédalage ou un mea culpa. Donald Trump n'avait pas franchement le choix après le tollé suscité par ses propos y compris dans son propre camp. En clair, lundi 16 juillet à Helsinki (Finlande), le président américain affirmait devant Vladimir Poutine et le monde entier qu'il n'avait aucune raison de penser que la Russie ait pu interférer dans l'élection qui l'a conduit au pouvoir en 2016, et qu'il croyait fermement aux dénégations du président russe, fustigeant au passage l'enquête de ses propres services de renseignement.

Une habitude

Le lendemain, après une avalanche de réactions scandalisées, Donald Trump prétend qu'il s'est simplement mal exprimé et qu'il accepte volontiers les conclusions de ses services. Un revirement pas tout à fait inhabituel pour le milliardaire, mais qui pose la question de sa crédibilité, estime en direct de Washington (États-Unis) la correspondante de France 3 Anne-Charlotte Hinet. La seule chose sur laquelle il est resté constant, c'est quand il affirme qu'il n'y a eu aucune collusion entre son équipe de campagne et la Russie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne