États-Unis : Donald Trump complaisant avec les suprémacistes ?

En direct de New York, Elisabeth Guédel revient sur la polémique sur les relations entre Donald Trump et l'extrême droite américaine.

La Maison-Blanche a volé au secours de Donald Trump après le drame survenu à Charlottesville (Virginie) où une femme a perdu la vie en marge d'une manifestation d'extrême droite. "Donald Trump a toujours entretenu l'ambiguïté sur ses relations avec l'extrême droite américaine lors de la campagne présidentielle. Il avait été très réticent à rejeter le soutien de ces groupes racistes suprémacistes blancs", rappelle la correspondante de France 3, Elisabeth Guédel.

Un communiqué de la Maison-Blanche

Donald Trump avait dénoncé les violences en Virginie , mais n'avait pas pris parti. "Il met dos à dos les néonazis et leurs opposants, et ça, ça a choqué bon nombre d'Américains, y compris dans son propre camp", rapporte la journaliste. Même sa fille, Ivanka, qui est aussi sa conseillère, "a clairement dénoncé sur Twitter ces mouvements racistes", ajoute Elisabeth Guédel. Plusieurs élus républicains appellent désormais le président américain à faire de même et à parler de terrorisme intérieur. Face à la polémique, la Maison-Blanche a dû publier un communiqué précisant que Donald Trump dénonçait tous ces groupes extrémistes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne