États-Unis : des universités à part pour les étudiants afro-américains

FRANCE 2

Aux États-Unis, les jeunes noirs font le choix d'étudier dans des universités particulières, dédiées à la communauté afro-américaine.

Un choix guidé par l'histoire mouvementée des États-Unis, par la lutte pour les droits civiques, ou encore par les tensions raciales ravivées sous l'ère Trump. Les étudiants afro-américains se tournent vers des universités quasi communautaristes. "Ici ça ne choque personne, vous savez, aux États-Unis, les habitants sont recensés légalement par ethnie", précise la journaliste Agnès Vahramian, en direct de Washington.

Un héritage de la lutte pour les droits civiques

Ces universités dites noires, où 3/4 des étudiants sont noirs, où l'enseignement se fait par des professeurs afro-américains, sont un héritage de l'histoire. Pendant la ségrégation, les enfants noirs devaient se contenter d'écoles de fortune. Avec le mouvement pour les droits civiques naissent ces universités, dans le but de former une élite noire malgré le racisme. Martin Luther King, l'écrivaine Toni Morrisson, le réalisateur Spike Lee en sont issus.

Aux États-Unis, le communautarisme n'est pas un gros mot. Les étudiants disent être à l'abri du racisme ressenti parfois sur d'autres campus. En 30 ans, le nombre de diplômés noirs a doublé aux États-Unis, de 10 à 22 %, mais il est toujours deux fois inférieur aux Blancs, car les inégalités se creusent dès la petite enfance. En difficulté financière, les universités ont dû faire appel aux dons, soutenues par Michelle Obama ou Beyoncé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne