Donald Trump fait une visite surprise aux troupes américaines en Irak

Le président américain Donald Trump en visite sur la base aérienne d\'Al Assad (Irak), le 26 décembre 2018.
Le président américain Donald Trump en visite sur la base aérienne d'Al Assad (Irak), le 26 décembre 2018. (JONATHAN ERNST / REUTERS)

Accompagné de son épouse, le président s'est posé sur la base aérienne d'Al Assad, mercredi. L'occasion de défendre sa décision de retirer ses soldats de Syrie.

Bombers sur le dos, Donald Trump a fait une visite surprise aux troupes américaines déployées en Irak, mercredi 26 décembre, à l'occasion de Noël. Accompagné de son épouse, le président s'est posé sur la base aérienne d'Al Assad, située à l'ouest de la capitale Bagdad. 

Il s'agit d'un événement puisque c'est la première fois que Donald Trump se rend dans une zone de conflit en près de deux ans de présidence. Certains au sein de l'armée américaine lui reprochent d'ailleurs ce manque de considération. Les critiques ont vu le jour notamment après l'annulation pour cause de pluie de sa visite dans un cimetière militaire de la Première Guerre mondiale en France à l'occasion du 11-Novembre.

"Ne plus être le 'gendarme' du monde"

Ce déplacement a un autre but. Le président américain cherche à redorer son image après sa décision (très critiquée) de retirer la totalité des troupes américaines présentes en Syrie, ainsi que la moitié des 14 000 hommes déployés en Afghanistan. En signe de protestation, le secrétaire à la Défense James Mattis a fini par démissionner. 

Sur la base d'Al Assad, Donald Trump a donc défendu sa décision de se retirer de Syrie. "Les Etats-Unis ne peuvent plus être le 'gendarme' du monde, a-t-il expliqué. Il est temps que nous commencions à nous servir de notre tête". Lors de leur vol retour vers Washington, Donald et Melania Trump ont prévu de faire une halte à la base américaine de Ramstein en Allemagne.

Vous êtes à nouveau en ligne