Donald Trump annonce un accord de paix entre Israël et Bahreïn

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 11 septembre 2020.
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 11 septembre 2020. (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)

"C'est une nouvelle ère de paix", a affirmé, de son côté, le Premier ministre israélien.

"C'est une journée véritablement historique !" Un mois après l'accord entre les Emirats arabes unis et l'Etat hébreu, Donald Trump a annoncé, vendredi 11 septembre, la normalisation des relations entre Bahreïn et Israël"Il se passe des choses au Moyen-Orient que personne n'aurait même pu envisager", a ajouté le président américain, tout sourire. Il s'agit, pour lui, d'un succès diplomatique précieux à moins de huit semaines de l'élection présidentielle américaine.

La normalisation des relations entre Israël et les alliés des Etats-Unis au Moyen-Orient, y compris les riches monarchies du Golfe, est un objectif clé de la stratégie régionale de Donald Trump pour contenir l'Iran, ennemi des Etats-Unis et d'Israël.

"Au fur et à mesure que d'autres pays normalisent leurs relations avec Israël, ce qui arrivera, nous en sommes convaincus, assez rapidement, la région deviendra plus stable, plus sûre et plus prospère", a déclaré le président américain.

Il y aura d'autres accords, promet Netanyahou

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a aussitôt célébré cet accord. "Citoyens d'Israël, je suis ému de vous informer que ce soir, nous parviendrons à un autre accord de paix avec un autre pays arabe, Bahreïn. Cet accord s'ajoute à la paix historique avec les Emirats arabes unis", a-t-il déclaré.

"Il nous a fallu 26 ans pour parvenir d'un deuxième à un troisième accord de paix (...) mais 29 jours pour parvenir à un accord de paix entre le troisième et le quatrième État arabe. Et il y en aura d'autres. C'est une nouvelle ère de paix", a ajouté Benyamin Nétanyahou

Bahreïn et Israël partagent la même hostilité à l'égard de Téhéran. Manama accuse l'Iran d'instrumentaliser la communauté chiite de Bahreïn contre la dynastie sunnite au pouvoir.

L'Autorité palestinienne dénonce un "coup de poignard dans le dos"

L'Autorité palestinienne et le mouvement islamiste Hamas ont immédiatement fustigé cette annonce. "L'accord entre Bahreïn et Israël est un coup de poignard dans le dos de la cause palestinienne et du peuple palestinien", a déclaré Ahmad Majdalani, ministre des Affaires sociales de l'Autorité palestinienne. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a dénoncé une "agression" portant un "grave préjudice" à la cause palestinienne.

Khaled al-Khalifa, un conseiller du roi de Bahreïn, considère que cet accord contribue à "la sécurité, la stabilité et la prospérité" de la région. Cette initiative "envoie un message positif et encourageant au peuple d'Israël, qu'une paix juste et globale avec les Palestiniens est la meilleure voie", a-t-il ajouté.

Vous êtes à nouveau en ligne