Désarmement : Vladimir Poutine appelle Washington à "un dialogue sérieux" pour "éviter le chaos"

Vladimir Poutine lors de la réunion du Conseil de sécurité à la résidence Novo-Ogaryovo (Russie), le 5 août 2019. 
Vladimir Poutine lors de la réunion du Conseil de sécurité à la résidence Novo-Ogaryovo (Russie), le 5 août 2019.  (MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK / AFP)

Les Etats-Unis et la Russie se sont retirés vendredi de ce texte crucial qui abolit l'usage, par les deux pays, des missiles terrestres d'une portée de 500 à 5 500 km. 

Vladimir Poutine a mis en garde lundi 5 août contre la relance d'une "course aux armements illimitée" après le retrait de Moscou et Washington du traité de désarmement nucléaire INF, appelant les Etats-Unis à un "dialogue sérieux" pour "éviter le chaos"

Après six mois d'un dialogue de sourds, les Etats-Unis et la Russie ont pris acte vendredi de l'abolition de cet accord emblématique de la fin de la Guerre froide, s'accusant mutuellement d'en être responsables et de violer le traité INF. 

Le président russe a présidé une réunion de son Conseil de sécurité et s'est ensuite exprimé, événement rare, sous la forme d'une déclaration solennelle publiée par le Kremlin. Il a martelé que la Russie ne se lancerait pas elle-même dans la production de missiles nucléaires terrestres de portée intermédiaire, interdits par le traité INF, mais le ferait sans attendre si Washington le faisait, ce qui signifierait le lancement d'une "course aux armements illimitée"

Or, les Etats-Unis n'ont attendu que quelques heures après la fin du traité vendredi pour annoncer le développement de nouveaux missiles conventionnels.

Un accord datant de la guerre froide 

"Pour éviter un chaos où il n'y aucune règle, limite ou loi, il faut encore une fois réfléchir à toutes les conséquences dangereuses possibles et entamer un dialogue sérieux sans ambiguïté", a lancé Vladimir Poutine. Il a ordonné aux ministères de la Défense et des Affaires étrangères et aux services de renseignement de suivre "attentivement" les initiatives prises par Washington en la matière, affirmant que les actes de Moscou auront "exclusivement un caractère de réciprocité".

Les Américains affirment que Moscou a accru ses capacités d'une manière incompatible avec le traité INF, qui concerne les missiles d'une portée de 500 à 5 500 km et avait permis dans les années 1980 l'élimination des missiles russes SS20 et américains Pershing, au coeur de la crise des euromissiles. 

Vous êtes à nouveau en ligne