Ce qui attend la britannique Theresa May aux Etats-Unis de Donald Trump

La Première ministre britannique, Theresa May, le 25 janvier 2017.
La Première ministre britannique, Theresa May, le 25 janvier 2017. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

La Première ministre britannique, Theresa May, est en visite officielle aux États-Unis. Elle rencontre vendredi pour la première fois le nouveau président américain, Donald Trump.

Theresa May est en visite officielle aux États-Unis. La Première ministre britannique rencontre vendredi 27 janvier Donald Trump et devient ainsi la première dirigeante étrangère à être reçue à Washington par le nouveau président américain.

Au menu des discussions : les accords commerciaux entre les deux pays et la relation qui les unis. L’enjeu est donc de taille pour Theresa May, qui doit convaincre le président américain que des accords bilatéraux sont essentiels pour les deux pays. Un accord commercial avec les États-Unis pourrait en effet sérieusement redresser l’économie du Royaume-Uni, une fois sortie du marché commun européen.

Coincée par le Brexit

Mais la tâche s'annonce ardue pour Theresa May car, tant que le divorce avec l’Union européenne n’est pas proclamé, le Royaume-Uni n’a théoriquement pas le droit de négocier ses propres accords. Ces discussions commerciales restent donc préliminaires et incertaines. Aucun véritable accord ne pourra être signé avant la fin des deux ans de négociations avec l’Europe, prévus par l’article 50.

Autre complication pour Theresa May : depuis son premier jour de campagne, Donald Trump veut faire des États-Unis sa priorité ultime. Le Royaume-Uni devra sans doute faire des concessions et aligner certaines de ses lois aux standards américains pour relancer les exportations.

>> Donald Trump dézingue Angela Merkel, l'UE et l'OTAN

Mais pour cette première visite, Theresa May veut avant tout mettre l’accent sur la relation spéciale entre les deux pays, et tend la main au président américain pour "à nouveau, diriger ensemble".

Vous êtes à nouveau en ligne