Après trente ans aux États-Unis, un père de famille a été expulsé

L’expulsion de Jorge Garcia, un sans-papiers de 39 ans qui vit aux États-Unis depuis trois décennies, a suscité beaucoup d’émotion et rappelle le durcissement de la politique migratoire américaine depuis l’investiture de Donald Trump. 

Jorge Garcia a été expulsé des États-Unis lundi 15 janvier. Escorté à l’aéroport de Détroit par des agents du contrôle de l’immigration, ce paysagiste de 39 ans a été renvoyé au Mexique, son pays d’origine. Marié à une Américaine depuis quinze ans et père de deux enfants, il a donc dû quitter sa famille. L’image de leur émouvante étreinte à l’aéroport a fait le tour des réseaux sociaux et suscité beaucoup d’émotion. 

Confronté à une procédure d’expulsion depuis 2009

Arrivé illégalement sur le sol américain à l’âge de dix ans, Jorge Garcia fait face à une procédure d’expulsion depuis 2009. Il avait pu bénéficier d’une prolongation durant l’administration Obama mais depuis novembre dernier, il est sommé de retourner au Mexique. Il avait jusqu’au 15 janvier 2018 pour quitter le territoire américain. 

Pour sa femme Cindy Garcia, "c’est un cauchemar". Ses enfants "sont tristes, ils sont déprimés. Ils ne comprennent pas vraiment tout ce qu’il se passe. Tout ce qu’ils savent c’est que leur père est parti et ils ne savent pas quand ils vont le revoir". Jorge Garcia ne pourrait pas revenir avant dix ans sur le sol américain selon sa femme.  

Le père de famille aurait pu bénéficier du statut de "Dreamer", un programme de protection de sans-papiers instauré par Barack Obama en 2012. Mais pour en bénéficier, il faut être arrivé aux États-Unis avant 16 ans il faut être né après le 15 juin 1981, or, Jorge Garcia est né deux ans trop tôt.

Dans le hall de l’aéroport, plusieurs proches et militants sont venus apporter leur soutien à la famille. Certains brandissent des pancartes sur lesquelles est écrit "Arrêter de séparer les familles". Cindy Garcia ne perd pas espoir : "Nous allons surmonter cette épreuve. Nous ne sommes pas la seule famille dans ce cas. Cela affecte onze millions de personnes."

Plus de 140 000 immigrants ont été arrêtés en 2017, une augmentation de 30% par rapport à 2016

Il y aurait en effet environ onze millions de sans-papiers aux États-Unis, dont 970 000 font l’objet d’un ordre d’expulsion. Un scénario de plus en plus courant depuis le changement d’administration. Par un décret du 25 janvier 2017, Donald Trump a donné le feu vert au service de l’immigration et de douanes (Immigration and Customs Enforcement, ICE) pour accélérer les reconduites à la frontière. Plus de 140 000 immigrants ont été arrêtés en 2017, une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente selon le rapport de l’ICE. Et les arrestations visent de plus en plus de clandestins sans passé criminel, comme c’est le cas pour Jorge Garcia.  

Vous êtes à nouveau en ligne