"À la frontière, ne passez pas par le désert, vous risquez la mort" : la "caravane des migrants" fait une halte à Mexico

Des tentes ont été installées dans le stade de Mexico, où plusieurs Centraméricains sont arrivés.
Des tentes ont été installées dans le stade de Mexico, où plusieurs Centraméricains sont arrivés. (ALFREDO ESTRELLA / AFP)

Partie du Honduras, la caravane réunissant plusieurs milliers de réfugiés centraméricains est arrivée au Mexique. L'occasion de se reposer, mais aussi d’analyser les différentes options pour entrer aux États-Unis.

La caravane de migrants se trouve actuellement à Mexico. Environ 5 500 personnes sont hébergées dans des tentes installées par les autorités locales dans le stade d'athlétisme de la capitale Palillo Martínez, près de l’aéroport. Plusieurs milliers de Centraméricains, qui ont formé d’autres caravanes, devraient encore parvenir sur les lieux dans les prochains jours. Pour les migrants, cette étape dans la capitale mexicaine est l’occasion de faire le point sur la stratégie à adopter pour continuer vers le nord et atteindre leur but ultime : les États-Unis.

Franchir ou pas le Rio Grande ?

"Quand vous serez à la frontière, ne passez pas par le désert, car vous risquez la mort", explique la représentante d’une organisation américaine, qui s’adresse aux migrants. Le site où ils sont hébergés est un village de tentes, où les milliers de participants de la caravane reprennent des forces. María Lucía Romero, fait partie du groupe, elle est convaincue que les États-Unis lui accorderont l’asile, ainsi qu’aux membres de sa famille. Pour des raisons qu’elle ne peut révéler, leur vie est en danger au Salvador et ils étaient déjà en chemin vers le nord lorsque la caravane a croisé leur route. Nombreux sont les migrants qui grimacent à l’évocation des militaires envoyés par Donald Trump pour les accueillir.

Mais certains, comme Isaiah López, un jeune venu du Honduras, ne sont pas obsédés par l’idée de franchir cette frontière. "Je suis venu avec la caravane, mais si j’avais la possibilité de trouver un travail ici, maintenant, je resterais ici. Car mon rêve n’est pas le rêve américain, mon rêve, c’est de trouver du travail." Ces derniers jours, les autorités mexicaines ont reçu plus de 3 200 demandes d’asile de la part de réfugiés centraméricains, pour qui la route du nord s’arrête au Mexique.

Vous êtes à nouveau en ligne