Obsolescence programmée : UFC-Que Choisir porte plainte contre Nintendo

France 3

L'UFC-Que Choisir accuse Nintendo de faire en sorte que les manettes de jeux de sa console Switch tombent en panne dès les premiers mois d'utilisation. L'association de défense des consommateurs a recueilli des milliers de témoignages en moins de 48 heures.

Depuis 30 ans, Jean-Yves Guilleux est passionné de jeux vidéo. En 2017, lorsque Nintendo a proposé la Switch, sa console nomade, ce gamer l'a achetée le jour de sa sortie. Mais au bout d'un an, il a déchanté. "Sur le joy-con, il y a un joystick qui permet au personnage d'aller à droite, à gauche, au centre, de le diriger. C'est ce petit joystick qui a commencé à ne plus marcher", relate Jean-Yves Guilleux. Dès lors, débute un parcours du combattant avec le service après-vente de la firme japonaise pour tenter de résoudre ce problème. 

Une plainte similaire aux Etats-Unis

"Au bout de deux ans, nous n'avons rien obtenu du tout. Ni remboursement, ni compréhension du problème, ni acceptation du défaut", fustige-t-il. L'UFC-Que Choisir a recueilli les témoignages de plus de 5 000 joueurs dans la même situation. Les experts de l'association ont analysé la panne, et conclu à une usure prématurée d'un circuit électronique. En novembre 2019, l'association a mis en demeure Nintendo de trouver une solution à ce défaut. Sans résultat satisfaisant pour les consommateurs, l'UFC décide aujourd'hui de porter plainte, accusant la firme japonaise d'obsolescence programmée. Cet été, le PDG de Nintendo a présenté ses excuses sans s'étendre sur le sujet car son entreprise fait l'objet d'une plainte aux Etats-Unis, pour le même motif. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne