Obama et Poutine évoquent la Syrie dans une brève rencontre, la première depuis l'élection de Trump

Barack Obama au sommet de l\'APEC, à Lima, au Pérou, dimanche 20 novembre 2016. 
Barack Obama au sommet de l'APEC, à Lima, au Pérou, dimanche 20 novembre 2016.  (GUADALUPE PARDO / REUTERS)

Barack Obama a demandé, dimanche, à son homologue russe Vladimir Poutine des efforts accrus pour limiter les violences et la souffrance des population en Syrie, lors d'un entretien informel à Lima (Pérou). 

L'échange n'a duré que quatre petites minutes. Barack Obama et Vladimir Poutine ont discuté, dimanche 20 novembre, avant une réunion des dirigeants des pays de la zone Asie-Pacifique à Lima (Pérou), selon un responsable américain. Il s'agit de leur première rencontre depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Or, les relations entre la Russie et les Etats-Unis sont particulièrement glaciales en raison, notamment, de leur opposition sur le conflit syrien et la crise ukrainienne.

Dès le 20 janvier, Barack Obama cédera sa place à Donald Trump. Le président-élu deviendra alors un interlocuteur privilégié du président russe sur les dossiers internationaux, notamment sur la situation en Syrie et en Ukraine, deux sujets abordés (cette fois brièvement) par Obama et Poutine.

Obama demande des efforts accrus en Syrie

Barack Obama a demandé à son homologue russe des efforts accrus pour limiter les violences et la souffrance des populations en Syrie. "Le secrétaire d'Etat John Kerry et le ministre [russe des Affaires étrangères Sergueï] Lavrov devraient continuer à mener des initiatives avec la communauté internationale pour réduire la violence et soulager la souffrance du peuple syrien", a plaidé Barack Obama auprès de Vladimir Poutine, selon un responsable américain.

Washington a mis en garde, samedi, le régime de Damas et son allié russe face à l'escalade des violences à Alep. Cette ville est divisée entre quartiers gouvernementaux et quartiers tenus par les rebelles, lesquels sont soumis à d'intenses bombardements des troupes syriennes.

Concernant le dossier ukrainien, le président américain a également pressé Vladimir Poutine de respecter les engagements de la Russie prévus par les accords de Minsk, en soulignant l'attachement des États-Unis et de ses partenaires au respect de la souveraineté de l'Ukraine.