New York : un imam et son assistant abattus en pleine journée devant leur mosquée

Une voiture de police boucle la scène de crime, dans le Queens, à New York, le 13 août 2016.
Une voiture de police boucle la scène de crime, dans le Queens, à New York, le 13 août 2016. (KENA BETANCUR / AFP)

Des représentants de la communauté musulmane ont immédiatement fustigé un acte islamophobe. Le tireur est toujours recherché.

Un imam et son assistant ont été assassinés, samedi 13 août, à New York. Les deux victimes ont été abattues d'une balle dans la tête, en pleine journée, dans le district du Queens. 

Maulama Akonjee, 55 ans, et son assistant Thara Uddin, 64 ans, sortaient de leur mosquée quand ils ont été attaqués. Ils étaient vêtus de tenues traditionnelles permettant de les identifier comme musulmans. La police de New York a diffusé dimanche matin un portrait robot du tireur présumé, qui avait été vu en train de fuir la scène du crime avec une arme à la main. 

Crime islamophobe ou règlement de comptes ?

L'imam Maulama Akonjee portait sur lui 1 000 dollars au moment du meurtre, qui n'ont pas été dérobés, souligne le New York Times en citant la police. "Rien n'indique dans l'enquête préliminaire qu'ils aient été ciblés en raison de leur foi", a expliqué à la presse Henry Sautner, un inspecteur new-yorkais. Il a insisté sur le fait que les motivations du tireur ne sont pas connues à ce stade. 

Mais de nombreux manifestants et représentants de la communauté musulmane ont immédiatement fustigé un acte clairement anti-musulman, qui s'inscrit dans un climat islamophobe alimenté notamment par les diatribes de Donald Trump.