Mur entre les États-Unis et le Mexique : le problème de la construction

Cette vidéo n'est plus disponible

Alors que Donald Trump a promis l'édification d'un mur parcourant toute la frontière entre les États-Unis et le Mexique, se pose la question de sa construction.

Selon les termes du cahier des charges publié par le gouvernement américain, le mur entre le Mexique et les États-Unis s'étendra le long des 3 200 km de frontière et mesurera 9 mètres de haut. Il devra être agréable à regarder du côté américain et bien sûr, d'une solidité à toute épreuve et impossible à escalader, contrairement à certains tronçons de mur déjà existant. De part et d'autre de la frontière, les constructeurs voulant répondre à l'appel d'offres ont subi des pressions pour les en dissuader. Mais de nombreux candidats sont en lice, comme R.E.Staite, une entreprise de San Diego, en Californie. "C'est bon pour nos ouvriers, c'est bon pour notre entreprise et je crois que ce sera bon pour la région", explique Ralph Hicks, de la compagnie américaine.

Entre 15 et 21 milliards de dollars

Des entreprises mexicaines se sont aussi laissées convaincre. En France, le gouvernement a condamné le projet de mur, mais le géant franco-suisse LafargeHolcim, premier cimentier aux États-Unis, n'exclut pas d'y participer. Le groupe Bouygues n'est lui pas candidat, quant à Vinci, il préfère ne pas "toucher à ce mur". Qui réglera la facture ? Selon les estimations, ce chantier pharaonique pourrait coûter entre 15 et 21 milliards de dollars.

Vous êtes à nouveau en ligne