Migrants : la fin du rêve américain ?

À Tijuana, au Mexique, les milliers de migrants du Honduras déchantent. Ceux qui ont tenté de traverser la frontière ont été expulsés.

Ils ont mis des semaines à arriver jusqu'à Tijuana au Mexique, mais ne mettront que quelques heures à rentrer en avion. Une cinquantaine de migrants repart volontairement au Honduras. "Le président américain ne veut pas que l'on passe et il y a des rumeurs qui disent que l'on tue les migrants là-bas", témoigne un Hondurien. En quelques jours, 350 migrants ont demandé un rapatriement payé par les autorités mexicaines.

2 000 migrants supplémentaires

Ceux qui restent sont sous la pluie, à peine abrités par des tentes ou des bâches. Ils pensaient le passage aux États-Unis plus facile. "On est déçus, on ne peut pas passer la frontière, mais on attendra, un an s'il le faut", explique un homme. Pour des femmes, à la désillusion se mêle un autre sentiment, celui de ne pas renoncer après des semaines de marche. "On a fait tous ces sacrifices, ce ne serait pas juste que l'on reparte maintenant", explique l'une d'entre elles. "À Tijuana, il y a plus de gens qui arrivent que de gens qui partent, on attend ici 2 000 migrants de plus dans les trois prochains jours", rapporte Agnès Vahramian, envoyée spéciale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne