Les Etats-Unis procèdent à une cinquième exécution fédérale en deux mois

Aperçu du centre pénitencier de Terre-Haute (Indiana) où Keith Nelson, 45 ans, a reçu une injection létale, le 28 août 2020.
Aperçu du centre pénitencier de Terre-Haute (Indiana) où Keith Nelson, 45 ans, a reçu une injection létale, le 28 août 2020. (JOHN SOMMERS II / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Keith Nelson, 45 ans, a reçu une injection létale dans le pénitencier de Terre-Haute.

Pour la cinquième fois en deux mois, les Etats-Unis ont exécuté un homme condamné à la peine capitale. Keith Nelson, 45 ans, a reçu une injection létale dans le pénitencier de Terre-Haute, dans l'Indiana, ont annoncé ses avocats vendredi 28 août. Il avait été condamné en 2003 à la peine de mort pour avoir enlevé une petite fille âgée de dix ans qui faisait du roller devant sa maison dans l'Etat du Kansas. Il l'avait violée puis étranglée avant d'abandonner son corps dans l'Etat voisin du Missouri.

Exécutions fédérales relancées par Donald Trump

Aux Etats-Unis, les crimes sont généralement jugés par les tribunaux des Etats. La justice fédérale est saisie des cas les plus graves, ou comme ici, commis entre plusieurs juridictions. Elle prononce rarement des peines de mort et exécute encore plus rarement les condamnés. De 1988 à 2003, seuls trois condamnés ont été exécutés au niveau fédéral, puis aucun pendant 17 ans. Le gouvernement de Donald Trump, partisan de la peine de mort, a décidé il y a un an de renouer avec les exécutions fédérales.

Une poignée d'Etats américains, notamment dans le Sud, ont encore recours à la peine de mort. Vingt-deux exécutions ont eu lieu en 2019 et douze depuis le début de l'année 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne