Le système des primaires: mode d'emploi

Mitt Romney saluant ses partisans le 3 janvier 2012 après l\'annonce de sa victoire dans l\'Iowa
Mitt Romney saluant ses partisans le 3 janvier 2012 après l'annonce de sa victoire dans l'Iowa (AFP - Getty Images - Win McNamee)

Le scrutin de l’Iowa a lancé la campagne du parti républicain (Grand Old Party, GOP) pour la présidentielle de 2012, qui aura lieu le 6 novembre. Primaires, caucus… : voici quelques clefs pour comprendre le système des primaires, qui remonte à 1787.

Les primaires américaines sont organisées au niveau local, dans chacun des 50 Etats américains, en fonction de modalités propres à chaque Etat. Objectif : choisir les candidats respectifs du Parti républicain et du Parti démocrate, qui s’affronteront à la fin de l’année. D’où une primaire dans chaque camp.

On distingue deux grands types de scrutin : les caucuses (caucus au singulier) et les primaires, cas le plus fréquent.

Les caucuses ("comité électoral") sont des réunions publiques de groupes de sympathisants et de militants du parti organisateur dans l’Etat concerné. Chacun peut faire valoir ses arguments dans la discussion, à l’issue de laquelle a lieu un vote, en général à main levée.

Les primaires proprement dites. On en distingue plusieurs types : fermées aux seuls électeurs identifiés de la formation politique ou ouvertes à tous … Dans ce dernier cas, un républicain peut voter pour un démocrate. Et vice-versa.

Quelle que soit la forme du scrutin, les électeurs se prononcent non pas directement pour le candidat à la Maison blanche, mais pour des délégués de ce dernier. Ainsi, dans l’Iowa (voir article de francetv.fr/info), le vainqueur Mitt Romney a raflé 25 délégués sur les 1143 requis pour obtenir l'investiture du Parti républicain.

Débauche d'argent et de vacheries
Le moment le plus important de cette longue route semée d’embûches est le Super Tuesday, (prévu cette année le 6 mars) mot à mot le « super mardi ». En 2008, il avait impliqué 24 Etats en même temps.

Ces primaires sont une lutte sans merci, une débauche d’argent et de vacheries entre candidats d’un même parti. Cette première phase de la campagne est (déjà) ponctuée de débats télévisés et de spots censés mobiliser les électeurs. En 2008, Hillary Clinton avait ainsi accusé son rival Barack Obama d'avoir accepté de l'argent, pour financer sa campagne, d'un homme d'affaires soupçonné de fraudes. Obama avait alors traité la sénatrice d’«avocate d'affaires siégeant au conseil d'administration de Wal-Mart», géant mondial de la grande distribution…
 


 

Le système des primaires permet aux prétendants au pouvoir suprême de se tester et de voir si l’enjeu en vaut la chandelle. La première victime du vote dans l’Iowa a été le retrait de la représentante Michèle Bachmann, égérie du mouvement anti-impôts du "tea party", qui a préféré jeter l'éponge.

Au bout du parcours a lieu la convention de chaque parti. Celle du GOP se tiendra du 27 au 30 août à Tampa Bay (Floride). Les démocrates organiseront la leur du 3 au 6 septembre à Charlotte (Caroline du Nord). Les délégués se réunissent pour choisir formellement le candidat de leur formation.

Cette année, la lutte est très ouverte côté républicain. Côté démocrate, Barack Obama est assuré d'obtenir l'investiture de son parti démocrate.

Vous êtes à nouveau en ligne