Le chanteur américain Tom Petty est mort d'une overdose de médicaments

Le chanteur américain Tom Petty, lors d\'un concert à Nashville, dans le Tennessee (Etats-Unis), le 25 avril 2017. 
Le chanteur américain Tom Petty, lors d'un concert à Nashville, dans le Tennessee (Etats-Unis), le 25 avril 2017.  (RICK DIAMOND / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le rockeur de 66 ans est mort le 6 octobre d'une crise cardiaque, due à la prise d'un cocktail létal de médicaments. Sa famille écarte la thèse du suicide et affirme qu'il s'agit d'un accident.

Le chanteur et guitariste américain Tom Petty est mort d'une overdose de médicaments, notamment du fentanyl, ont annoncé sa femme et sa fille dans un communiqué, vendredi 19 janvier. Le fentanyl est un puissant opiacé, qui a déjà été à l'origine de la mort de Prince en avril 2016. 

"Notre famille a rencontré ce matin l'équipe de médecins légistes", selon lesquels "Tom Petty a succombé à une overdose résultant d'une prise de plusieurs médicaments", ont annoncé Dana et Aria Petty, dans un communiqué diffusé vendredi. Ces dernières soulignent que le chanteur d'American Girl souffrait de "plusieurs problèmes graves de santé, dont un emphysème (maladie pulmonaire), des problèmes de genoux et principalement une hanche fracturée".

"Malgré cette blessure douloureuse", Tom Petty a maintenu sa tournée avec 53 dates prévues, aggravant sa fracture. "Nous pensons que la douleur était devenue tout simplement insupportable, causant sa prise excessive de médicaments", poursuit la famille du rockeur dans son communiqué. 

"Un accident malheureux"

La femme et la fille du chanteur ajoutent savoir qu'il s'était fait prescrire plusieurs antalgiques, dont des patches de fentanyl. Elles pensent, "comme le médecin légiste l'a conclu, que [son décès] fut un accident malheureux". Tom Petty est mort le 3 octobre d'une crise cardiaque suivant cette prise d'un cocktail létal de médicaments. Il était âgé de 66 ans. 

Dana et Aria Petty s'expriment sur les causes de sa mort afin de stimuler "une discussion", qui pourrait "sauver des vies". Selon elles, beaucoup de personnes mourant d'une surdose d'opiacés commencent à en consommer "avec des raisons légitimes, et ne comprennent pas la puissance et le caractère mortel de ces médicaments".

Environ deux millions d'Américains sont désormais dépendants aux opiacés. Ces stupéfiants englobent des médicaments analgésiques délivrés sur ordonnance, tels que le fentanyl, ainsi que l'héroïne. Le président américain, Donald Trump, a qualifié ce problème d'"urgence de santé publique".