On vous explique comment se forment les gigantesques tornades de feu observées en Californie

Une tornade de feu dans le comté de Sierra, en Californie (Etats-Unis), le 15 août 2020.  
Une tornade de feu dans le comté de Sierra, en Californie (Etats-Unis), le 15 août 2020.   (CAPTURE D'ECRAN TWITTER / SVNEWSALERTS)

Les incendies qui ravagent une partie de cet Etat américain sont si intenses qu'ils génèrent un phénomène aussi rare qu'impressionnant, capable de créer sa propre météo. 

Une scène digne d'un film apocalyptique. Une tornade de feu a été filmée samedi 15 août dans la petite ville de Loyalton, dans le nord de la Californie (Etats-Unis), alors que la région est confrontée à des incendies parmi les plus violents de son histoire. Les images, prises par un témoin qui circulait en voiture sur une route située à proximité, montrent un tourbillon incandescent au milieu du brasier.

Aux Etats-Unis, ce phénomène est appelé "firenado" (contraction de "fire" pour "feu" et "nado" pour "tornade"). La dangerosité de cet événement climatique exceptionnel a poussé le service météorologique américain à émettre une alerte à la tornade liée à l'incendie, la première de ce genre, selon un météorologue cité par USA Today (article en anglais).

Quelles sont les conditions pour qu'un tel phénomène se produise ? A quel point est-ce dangereux ? A-t-il déjà été observé en France ? Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut savoir de ces tornades de feu. 

Elles sont le fruit de conditions extrêmes

Pour que de tels vortex de feu se produisent, il faut une source de chaleur intense et ascendante qui "attire la fumée, le feu et la poussière, créant un tourbillon au-dessus du brasier", explique CNN (article en anglais).

Surtout, ces tourbillons se développent dans des conditions d'instabilité de la masse d'air atmosphérique, c'est-à-dire une "présence d'air relativement frais en altitude et chaud dans les basses couches (très chaud dans le cadre d'un incendie de grande ampleur)", explique Florence Vaysse, responsable de la cellule "feux de forêt zone sud" pour Météo France et référente nationale incendie, interrogée par franceinfo. Enfin, il faut "que le vent en altitude n'ait pas la même direction que dans les basses couches"

Pour réussir à créer ces tornades dantesques, il faut donc que les conditions de départ de feu soient extrêmes. En Angleterre, un vortex spectaculaire s'était formé lors de l'incendie d'une usine de palettes de plastique, en 2018. 

Elles produisent leur propre météo

Ces incendies sont tellement puissants qu'ils produisent leur propre microclimat. Ils "créent un appel d'air car la masse d'air à proximité est surchauffée et s'élève le long de ce qu'on appelle une 'colonne de convection", précise Florence Vaysse.

L'orientation des vents à proximité peut se retrouver modifiée, à tel point qu'ils vont être déviés et se retrouver aspirés vers l'incendie. Si les conditions ne sont pas trop sévères, le feu va provoquer un nuage "qui est tout simplement un nuage formé au-dessus du feu", explique Rachel Badlan, chercheuse en dynamique atmosphérique à l'université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie), à L'Obs. "Mais si le feu est particulièrement vaste ou intense, ou si l'atmosphère au-dessus est instable, ce processus peut donner naissance à un pyrocumulonimbus, et ça, c'est un monstre beaucoup plus malveillant", décrit la chercheuse.

Le pyrocumulonimbus se comporte comme un nuage d'orage, qui peut générer des éclairs et donc d'autres sources d'incendies potentiels.

Elles sont dévastatrices et imprévisibles

Les tornades de feu peuvent être très destructrices à cause de leur vitesse de progression : ce tourbillon permet à l'incendie de sauter des barrières naturelles comme des routes ou des rivières. C'est notamment pour cette raison qu'en juillet 2018, l'incendie Carr, en Californie, avait doublé de taille en une seule nuit. 

De plus, le déplacement du tourbillon est "imprévisible et erratique comme les tornades et les trombes marines", précise Florence Vaysse. "Cette micro météo très ciblée, conséquence directe de l'incendie, est très difficile à prévoir pour les pompiers. C'est au dernier moment que l'on voit ces vents tourbillonnaires qui vont faire partir les incendies un peu dans tous les sens", expliquait Cyrille Duchesne, météorologue pour la chaîne MétéoConsult, à franceinfo, il y a deux ans. 

Autre danger : ces tornades peuvent déposer des tisons "à plusieurs dizaines de kilomètres", souligne Florence Vaysse, soit bien plus loin que lorsqu'ils sont portés par le vent. 

Elles sont rares mais pourraient se multiplier
au cours des prochaines années

Les "firenados" sont très rares, à tel point que, selon USA Today, seuls quatre épisodes semblables ont été rapportés ces quinze ou vingt dernières années. En Californie, le dernier phénomène de ce genre remonte à juillet 2018 : une énorme tornade de feu s'était formée près de Redding, où elle avait tué un pompier. "A son apogée, la tornade avait la taille de trois terrains de football", relate le site canadien Global News (article en anglais)

En France, "il y en aurait eu une dans le Var en 2017, mais rien n'a été filmé pour en attester", explique Florence Vaysse. Le phénomène reste donc rarissime et "n'aura jamais la même ampleur qu'en Californie parce qu'il faut de grandes superficies de feu [soit des milliers d'hectares] et de très fortes hausses de température", assure la référente nationale incendies de Météo France. 

Toutefois, la météorologue rappelle que les risques d'incendies vont être de plus en plus importants du fait du réchauffement climatique. Ce phénomène de tornades de feu pourrait donc "clairement s'accentuer à l'avenir"

Vous êtes à nouveau en ligne