VIDEO. Etats-Unis : le Golfe du Mexique, un paradis empoisonné par les pesticides

FRANCE 2

Dans ce golfe situé au sud-est de l'Amérique du Nord, on mesure largement les effets dévastateurs des pesticides. Et ils sont spectaculaires.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le golfe du Mexique est l'un des paradis américains. Mais au large de ses célèbres plages de sable blanc, se joue l'une des plus grandes catastrophes écologiques des océans. La pêche se réduit de saison en saison. 

Douglas Olander pêche la crevette, et il constate qu'elles sont plus petites. Pire, qu'elles ne grossissent pas comme elles devraient. "Normalement, en un jour, tu pêches entre 700 et 800 kilos de crevettes avec un bateau de cette taille-ci. Maintenant, ça nous prend trois ou quatre pour pêcher la même quantité. Et encore..." 

Il y a encore quelques années, l'eau était turquoise avec des poissons multicolores. Désormais, elle est sombre, sans aucune vie aquatique. Le golfe du Mexique meurt peu à peu d'asphyxie.

Des champs pollués

Depuis dix ans, des scientifiques embarquent chaque mois depuis les côtes de Louisiane. Ils plongent pour mesurer la teneur en oxygène de l'eau du large. Résultat, même à la surface, il n'y en a presque plus. Sans oxygène, les poissons se raréfient, et cela détruit toute la biodiversité.

Cette zone sans oxygène, les scientifiques l'appellent "la zone morte". Elle n'a jamais été aussi vaste. À l'origine de ce manque d'oxygène, le Mississippi, dont les eaux sont polluées, chargées de pesticides et de fertilisants. Des produits chimiques utilisés dans les champs immenses qui se trouvent le long du fleuve. Un épandage a lieu deux fois par an. L'agriculture tue donc les océans à petit feu. Alors, pour tenter de limiter des dégâts, certaines exploitants ont décidé de mettre en place des installations anti-pollution. 

Mais plus l'Amérique plante de maïs, plus la "zone morte" s'étend dans l'océan. Au point de transformer ces eaux paradisiaques en cimetière marin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne