Etats-Unis : un garçon de huit ans inculpé pour le meurtre d'un bébé d'un an

Un enfant de huit ans a été inculpé pour le meurtre d\'une fillette d\'un an à Birmingham (Alabama, Etats-Unis), le 11 novembre 2015.
Un enfant de huit ans a été inculpé pour le meurtre d'une fillette d'un an à Birmingham (Alabama, Etats-Unis), le 11 novembre 2015. (GOOGLE MAPS)

Le drame s'est produit alors que la mère de la fillette était sortie en boîte de nuit, mercredi.

Un garçon de huit ans a été inculpé pour le meurtre d'une fillette âgée d'un an, mercredi 11 novembre, à Birmingham (Alabama, Etats-Unis). L'enfant est accusé d'avoir mortellement frappé dans son berceau le bébé qui pleurait et dont la mère était sortie en boîte de nuit, début octobre.

La mère de la victime, Katerra Lewis, s'était rendue chez une amie qui a elle-même plusieurs jeunes enfants. Les deux femmes sont sorties en boîte de nuit entre 23 heures et 2 heures du matin, laissant six enfants d'un à huit ans sans surveillance.

"Un crime odieux"

"L'enfant de 8 ans est devenu extrêmement nerveux car la petite d'un an n'arrêtait pas de pleurer, a relaté Sean Edwards, porte-parole de la police de Birmingham. Il l'a alors violemment agressée."

"Depuis vingt-deux ans que je fais ce métier de policier, cette affaire est de loin l'une des plus tristes dont j'ai eu à m'occuper, a confié le policier. Aucune éducation, aucune école, aucun diplôme ni aucune formation ne peut vous préparer à ce qu'un enfant de 8 ans commette un tel crime odieux." Le garçon avait selon lui "l'intention" de tuer.

L'enfant encourt la prison jusqu'à 21 ans

"Compte tenu de l'inconscience du comportement de la mère, celle-ci a été inculpée d'homicide involontaire", a précisé Sean Edwards. Son fils sera jugé par un tribunal pour enfants et encourt une peine de prison jusqu'à l'âge de 21 ans, dans une prison pour mineurs. 

Il n'existe pas d'irresponsabilité pénale pour les jeunes mineurs dans l'Alabama, ce qui explique que le garçon puisse être traduit devant la justice. Les procureurs devront toutefois prouver au préalable qu'il a les capacités intellectuelles lui permettant de comparaître et de prendre part à sa propre défense.

En théorie, les procureurs en charge de l'affaire peuvent aussi demander au juge que le garçon soit traduit devant une cour pour adulte. Il encourrait alors une peine de prison à vie.