États-Unis : polémique sur un jeu vidéo simulant une tuerie dans une école

FRANCEINFO

Un jeu vidéo, qui propose de tuer des écoliers et des enseignants, provoque le scandale aux États-Unis. Une pétition demande son interdiction.

Le jeu vidéo Active Shooter doit être lancé le 6 juin, selon le développeur Valve Corporation. La simulation de massacre à l'école, qui sera vendue de 5 à 10 dollars l'unité, propose aux joueurs d'endosser le rôle du tireur ou d'un policier.

Avec sa pétition pour interdire le jeu vidéo, une mère de famille Seattle a récolté plus de 100 000 signatures mardi 29 mai. "Comment peut-on penser qu'on peut faire ça ?, s'indigne Stéphanie Robinett. On ne peut pas localiser ça dans une école, surtout en ce moment, n'importe quelle entreprise devrait le savoir". Entre 2000 et 2018, une étude a dénombré 66 décès dans 13 fusillades aux États-Unis, soit davantage que durant tout le XXe siècle.

Le précédent Call of Duty

L'ironie, c'est qu’Active Shooter est inspiré d'un autre jeu vidéo développé par le gouvernement américain pour former les primo-intervenants en cas d'attaque dans une école. On pouvait incarner le tireur pour pénétrer sa psychologie.

Ce n'est pas la première fois qu'un jeu vidéo choque en faisant vivre de l'intérieur les tueries de masse. En 2009, la saga Call of Duty avait fait polémique avec une scène de massacre dans un aéroport.

Vous êtes à nouveau en ligne