Etats-Unis : par conviction religieuse, des parents laissent mourir leur bébé de 10 mois

Montage photo de Tatiana Fusari et Seth Welch, accusés de meurtre, lundi 6 août 2018, après avoir laissé mourir leur bébé de dix mois.
Montage photo de Tatiana Fusari et Seth Welch, accusés de meurtre, lundi 6 août 2018, après avoir laissé mourir leur bébé de dix mois. (AP / SIPA)

Seth Welch et Tatiana Fusari ont été accusés de meurtre après avoir laissé leur fille mourir de malnutrition et de déshydratation.

Ils n'avaient pas confiance dans la médecine moderne. Seth Welch et Tatiana Fusari ont été accusés, lundi 6 août, de meurtre et de maltraitance après que leur fille de 10 mois, Mary, a été retrouvée morte de malnutrition et de déshydratation dans une ville du Michigan (Etats-Unis), détaille le Washington Post. Le père a appelé les secours pour signaler que son enfant ne respirait plus.

Les circonstances de la mort du bébé doivent encore être précisées, mais les parents, tous deux âgés de 27 ans, ont déclaré à la police qu'ils savaient depuis au moins un mois que leur fille avait un poids insuffisant. La mère a également reconnu qu'elle avait refusé de demander de l'aide "par peur de voir ses enfants enlevés par les services de protection de l'enfance, par manque de confiance dans les services médicaux et pour des raisons religieuses", selon le mandat d’arrêt obtenu par la chaîne Wood TV, une filiale de NBC.

"Ne devrions-nous pas laisser les faibles mourir ?"

Dans des sermons vidéos publiés sur son compte Facebook, le père dénonce les vaccins, les "mauvais médicaments" et les médecins. Il a aussi expliqué pourquoi il avait refusé de vacciner ses enfants : "Cela ne me semblait pas judicieux de sauver des personnes qui n’étaient pas les plus aptes à survivre. Si l’évolution croit en la survie du plus fort, alors pourquoi vacciner tout le monde ? Ne devrions-nous pas laisser les faibles mourir et laisser les forts survivre ?"

Seth Welch et Tatiana Fusari risquent désormais la prison à vie, affirme The Sun. Leurs deux autres enfants, âgés de 2 et 4 ans, ont pour l’instant été confiés par les services sociaux à leurs grands-parents. Dans une publication Facebook, le père a déclaré qu'ils étaient avec sa femme "les pires parents du monde".

Vous êtes à nouveau en ligne