Etats-Unis : le Nebraska a procédé à la première exécution d'un prisonnier au fentanyl, un puissant opioïde

Une prison à New-York (Etats-Unis), le 8 avril 2016.
Une prison à New-York (Etats-Unis), le 8 avril 2016. (CARLO ALLEGRI / REUTERS)

Carey Dean Moore, 60 ans, avait été condamné à mort pour le meurtre de deux chauffeurs de taxi en 1979.

C'est un opiacé 50 fois plus fort que l'héroïne. Le fentanyl, un opioïde puissant à l'usage controversé, a été utilisé pour la première fois aux États-Unis pour une exécution par injection létale, mardi 14 août, dans l'État du Nebraska. Carey Dean Moore, 60 ans, était condamné à mort pour le meurtre de deux chauffeurs de taxi en 1979. Son décès a été prononcé à 10h47, a indiqué Scott Frakes, directeur du département des services pénitentiaires du Nebraska. L'exécution a duré une vingtaine de minutes.

Un cocktail de quatre substances, dont trois qui n'avaient jamais été utilisées lors d'une exécution, lui a été administré : le sédatif diazépam, le puissant analgésique fentanyl, le relaxant musculaire cisatracurium et du chlorure de potassium, qui arrête le cœur. L'usage du fentanyl, responsable de nombreuses morts par overdose aux États-Unis dans le cadre de la crise des opioïdes, est particulièrement décrié. Cet opiacé, près de 100 fois plus fort que la morphine, a tué plus de 20 000 personnes en 2016 dans le pays.

L'ACLU, la puissante organisation de défense des droits civiques, avait demandé lundi à la justice du Nebraska de retarder l'exécution. Cet État rural du centre du pays n'avait plus exécuté de prisonnier depuis 1997. Les cocktails létaux sont devenus difficiles à obtenir pour les prisons en raison de l'opposition du public et de la réticence des laboratoires pharmaceutiques à les vendre pour procéder à des exécutions.

Vous êtes à nouveau en ligne