États-Unis : la guerre des mémoires

FRANCEINFO

À Charlottesville, une décision de la mairie de retirer une statue faisant référence au passé esclavagiste de la région met le feu aux poudres. Des habitants se sont rassemblés avec des torches enflammées, rappelant les heures sombres du pays.

Pour beaucoup d'Américains l'image est choquante. À Charlottesville, dans l'État de Virginie, des centaines de personnes se sont rassemblées torches enflammées à la main. Ces sudistes manifestaient dans la nuit du samedi 13 mai pour conserver l'héritage du Sud esclavagiste. Pour le maire de la ville, cette attitude rappelle les heures sombres du pays. "J'ai trouvé ça terrible, une manifestation dans un parc public où l'on brûle des torches, ça rappelle les réunions du Ku Klux Klan", livre-t-il.

"Vous ne nous remplacerez pas"

À l'origine de la polémique, un vote du conseil municipal visant à retirer la statue du général Lee, défenseur de l'esclavage pendant la guerre de Sécession. Parmi les manifestants, Richard Spencer, figure de l'extrême droite américaine. "Nous célébrons notre héritage et disons non à la ville de Charlottesville vous ne retirerez pas notre statue, vous ne nous remplacerez pas", indique-t-il. D'autres statues ont été retirées de nuit pour éviter la contestation.

Vous êtes à nouveau en ligne