États-Unis : après la mort de son fils, une mère dénonce les prix exorbitants de l'insuline

FRANCE 2

Un jeune américain de 26 ans est décédé parce qu'il ne pouvait plus payer son insuline. Un cas loin d'être isolé aux États-Unis.

Par fierté et par pudeur, Alex Smith n'a pas souhaité dire à son entourage qu'il n'avait plus les moyens de payer son insuline. Ce diabétique de type 1 est mort, à l'âge de 26 ans. Sa mère, Nicole Smith-Holt, dénonce les prix exorbitants de ce médicament aux États-Unis. "Mon fils est mort parce qu'il ne pouvait plus payer son insuline", regrette celle qui chiffre à 1200 euros le montant que devait dépenser son fils par mois pour se soigner.

Des prix multipliés par dix en vingt ans

Le jeune homme est mort, seul. Il rationnait ses doses d'insuline, de plus en plus avant de tomber en coma diabétique chez lui. Son corps n'a été découvert que 5 jours plus tard."Personne n'était là pour lui tenir la main, appeler les secours, je gère mon chagrin et ma culpabilité en défendant les autres diabétiques", poursuit cette maman, bouleversée. L'insuline avait été découverte en 1999 par deux Canadiens. Ils avaient reçu le prix Nobel de médecine et vendu leur brevet pour 1 dollar symbolique. De nos jours, trois principaux fabricants la commercialisent. Ils ont multiplié leur prix par dix en vingt ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne