Des chaînes et des cordes retrouvées dans la maison de Cleveland

Des experts du FBI fouillent la maison de Cleveland (Ohio) où les jeunes femmes étaient détenues, le 7 mai 2013.
Des experts du FBI fouillent la maison de Cleveland (Ohio) où les jeunes femmes étaient détenues, le 7 mai 2013. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

"Nous avons la confirmation qu'elles étaient attachées", a déclaré le chef de la police locale, deux jours après la libération des trois jeunes femmes.

Des chaînes et des cordes. Deux jours après la libération des trois disparues de Cleveland (Ohio), des détails sur leurs conditions de captivité commencent à émerger. "Nous avons la confirmation qu'elles étaient attachées et nous avons retrouvé des chaînes et des cordes dans le couloir", a annoncé le chef de la police locale, Michael McGrath, mercredi 8 mai sur NBC (en anglais).

"L'équipe d'enquêteurs, constituée d'agents du FBI et d'officiers de la police de Cleveland, interroge les victimes depuis [mardi soir] et va continuer [mercredi]", a-t-il confié, alors que l'une des victimes, Amanda Berry, est rentrée chez elle mercredi. Il a également souligné que les captives n'étaient autorisées que "très rarement" à sortir. "Elles étaient relâchées dans l'arrière-cour de temps en temps, je pense." Cela expliquerait pourquoi certains témoignages de voisins indiquent la présence occasionnelle de femmes nues derrière la maison.

Les suspects interrogés mercredi

Le chef de la police n'a toutefois pas confirmé des informations de presse selon lesquelles Michelle Knight, Amanda Berry et Georgina DeJesus seraient tombées enceintes à de multiples reprises et d'après lesquelles les enfants fruits de ces grossesses, seraient morts. "Une fouille complète du site n'a permis de déceler aucun reste humain", a de son côté expliqué le directeur de la sécurité publique, Martin Flask. 

Les trois frères Castro, soupçonnés de l'enlèvement et de la séquestration des trois jeunes femmes, devraient être interrogés et formellement accusés dans la soirée. Michael McGrath a enfin assuré que la police n'avait raté aucune opportunité ces dernières années concernant cette affaire, alors qu'une enquête sur d'éventuels manquements des policiers a été ouverte.