VIDEO. Une élève française du lycée de Parkland marche contre les armes pour "surmonter cette épreuve tous ensemble"

Anne-Viola, 16 ans, était présentele 14 février dans le lycée de Parkland, en Floride, où a eu lieu ce nouveau massacre dans un établissement scolaire américain. Ses parents lui ont proposer de rentrer, mais la jeune Française a préféré rester pour manifester à Washington contre les armes à feu… Extrait du magazine "19h le dimanche" du 25 mars.

Le 14 février, un ancien élève du lycée Marjory Stoneman Douglas (MSD) de Parkland, en Floride, tuait 17 personnes. Parmi les victimes, des professeurs et des élèves âgés de 14 à 17 ans. Anne-Viola, dite Ayo, était dans l’établissement pendant la tuerie. Cette Française de 16 ans, en séjour linguistique, connaissait l’un d’entre eux. Après des fusillades comme celle-là, et pour éviter les critiques, le puissant lobby des armes aux Etats-Unis explique en général que l’heure est à la prière et surtout pas aux réformes…

L’adolescente et ses camarades ne comptent pas laisser ce lobby s’en tirer aussi simplement. Ils ont décidé de se rendre en bus jusqu’à Washington pour défiler sous les fenêtres du président Donald Trump en participant, samedi 24 mars, à la "Marche pour nos vies". Une initiative des élèves rescapés de ce nouveau massacre dans un établissement scolaire américain. "Tu viens d’où en France ?" lui demande une camarade. "De Bretagne… la côte Ouest, de l’autre côté de l’océan Atlantique", répond-elle.

"Nous, le peuple, nous pouvons faire quelque chose contre ça"

"Mes parents m’ont proposé de rentrer, mais je ne le sentais pas. Je ne voulais pas partir en plein milieu. Je ne voulais pas fuir et je trouvais mieux de surmonter cette épreuve tous ensemble. C’était super important", explique-t-elle au magazine "19h le dimanche". Pour que leur marche soit un succès, les lycéens de Parkland ont envahi tous les réseaux sociaux existants. En un mois, ces élèves ont plus fait  que tout ce que les associations ont essayé de faire en trente ans.

Arrivée dans la capitale, où des centaines de milliers de personnes sont venues manifester, Anne-Viola se rend avec ses camarades en tête de cortège : "On va guider la marche…" Un seul mot d’ordre : "Plus jamais ça !" Un jeune Américain parle à la tribune : "Nous devons défendre la mémoire de ceux que nous avons perdus et changer ce monde qui les a trahis. Et ça n’arrive pas qu’en classe. Aux Etats-Unis, les armes tuent dans les discothèques, les cinémas, les rues… mais nous, le peuple, nous pouvons faire quelque chose contre ça." Sur le chemin de l’école, Ayo a croisé la route de l’Histoire. Elle va la suivre jusqu’au bout, parce que plus rien ne lui fait peur.

Vous êtes à nouveau en ligne