Cinéma : "Ça" va faire peur dans les salles obscures de France

Le film \"Ça\" sort en France mercredi 20 septembre alors qu\'il bat déjà tous les records aux États-Unis.
Le film "Ça" sort en France mercredi 20 septembre alors qu'il bat déjà tous les records aux États-Unis. (BROOKE PALMER / Warner Bros)

Le film "Ça", adaptation du célèbre roman du maître de l'horreur Stephen King, sort en salles mercredi en France. Aux États-Unis, cette production bat déjà tous les records. La peur est au rendez-vous. 

Ça va faire peur dans les salles obscures de France, à partir du mercredi 20 septembre. Le film d'Andy Muschietti, adaptation du best-seller de l'écrivain Stephen King, sort en France. Il bat déjà tous les records aux États-Unis, avec près de 220 millions de dollars de recettes (soit 183,5 millions d'euros) , ce qui en fait depuis vendredi le plus gros succès de l'histoire pour une sortie du mois de septembre dans ce pays. La production est proche de devenir le plus gros succès de l'histoire outre-Atlantique pour un film d'horreur classé R puisque le détenteur du record est toujours L'Exorciste avec ses 232,9 millions de dollars de recettes (soit 194,3 millions d'euros). 

Hémoglobine, égouts puants et chairs en morceaux

L'objectif de ce film : nous terrifier. Dans la ville imaginaire de Derry, dans le Maine, tous les 27 ans, le clown maléfique revient terroriser et tuer des enfants. L'histoire se passe dans les années 80, ce qui donne à l'image des couleurs rétro. Andy Muschietti n'en fait pas trop dans les effets spéciaux, sans pour autant être économe en hémoglobine, égouts puants et chairs en morceaux. C'est très bien fait mais trop long et la musique, une fois de plus, anticipe les cris de peur des spectateurs.

Sorti en 1986, le roman de Stephen King a déjà été adapté une première fois en mini-série, diffusée en 1993 par M6. Elle est depuis devenue culte, y compris pour ceux qui ne l'ont pas vue. La version d'Andy Muschietti est fidèle à l'univers de Stephen King : la figure du clown très méchant est parfaitement réalisée, tout comme la bande d'enfants losers, des pré-adolescents entre deux âges de la vie, pris entre la violence des plus grands qu'eux et les peurs de l'enfance.

Vous êtes à nouveau en ligne