Etats-Unis : ce que l'on sait de la tuerie dans un hypermarché Walmart qui a fait 20 morts à El Paso au Texas

Des policiers sur le site d\'une tuerie à El Paso, au Texas (Etats-Unis) le 3 août 2019.
Des policiers sur le site d'une tuerie à El Paso, au Texas (Etats-Unis) le 3 août 2019. (JOSE LUIS GONZALEZ / REUTERS)

La police locale a qualifié les faits de possible crime raciste, et tente d'établir si le suspect, âgé de 21 ans, est l'auteur d'un manifeste publié en ligne.

Les Etats-Unis sont une nouvelle fois endeuillés : un homme a ouvert le feu sur les passants à proximité d'un hypermarché et d'un centre commercial d'El Paso, au Texas, tuant 20 personnes et en blessant 26, samedi 3 août.

>> DIRECT. Etats-Unis : un tireur fait neuf morts avant d'être abattu à Dayton, dans l'Ohio, moins de 24 heures après la tuerie d'El Paso

Cette tuerie, la huitième plus meurtrière de l'histoire récente du pays, pourrait avoir un motif raciste, a expliqué la police, qui a arrêté un homme de 21 ans. Les forces de l'ordre essaient de déterminer s'il est l'auteur d'un manifeste, publié en ligne juste avant les premiers tirs, qui revendique cette attaque comme "une réponse à l'invasion hispanique du Texas".

Que s'est-il passé ?

Un homme a ouvert le feu aux abords et à l'intérieur d'un hypermarché Walmart situé à El Paso, au Texas. La police explique avoir été alerté à 10h39 du matin, samedi (17h39 heure française). Une témoin, Vanessa Saenz, 37 ans, a expliqué sur Fox News avoir entendu "comme des feux d'artifice" alors qu'elle cherchait une place de parking. 

J'ai vu un homme avec un tee-shirt noir et un pantalon de camouflage qui portait ce qui m'a semblé être un fusil. Il visait les gens et tirait directement sur eux. J'en ai vu trois ou quatre tomber à terre.Vanessa Saenz, une témoin de la fusilladesur Fox News

Le tireur est ensuite entré dans l'hypermarché. La chaîne locale KTSM a mis en ligne une capture d'écran d'une caméra de surveillance qui le montre armé d'un fusil, et portant un casque anti-bruit sur ses oreilles. Selon la police, il y avait alors entre 1 000 et 3 000 clients sur place.

Un de ces clients, Robert Curado, a expliqué au journal El Paso Times s'être caché avec sa mère entre deux distributeurs à l'entrée du magasin. "L'homme a essayé de me tirer de dessus mais il m'a raté car j'ai plongé", a-t-il raconté, assurant avoir reconnu un fusil d'assaut AK-47.

La police a expliqué être intervenue à 10h45, six minutes après le premier signalement. Le suspect s'est finalement rendu aux autorités. Après avoir recherché d'autres tireurs ou complices potentiels, les autorités ont conclu qu'il avait agi seul.

Quel est le bilan ?

Le tireur a tué 20 personnes et fait 26 blessés dont certains se trouvent dans un état critique. Le président du Mexique Andrés Manuel López Obrador a affirmé que trois ressortissants mexicains se trouvaient parmi les morts, et six autres parmi les blessés.

Un point complique peut-être l'établissement du bilan : selon une source policière citée par CNN, certains blessés ou proches de victimes sont des immigrants illégaux et ne se rendent pas dans les hôpitaux de peur d'être arrêtés et expulsés.

Qui est le suspect arrêté ?

La police n'a pas dévoilé l'indentité de l'homme interpellé et placé en garde à vue, qu'elle a décrit comme un homme blanc de 21 ans, originaire de la ville d'Allen, une banlieue de Dallas (Texas) distante de plus de 1 000 km d'El Paso.

Selon de nombreux médias, citant des sources policières, son nom est Patrick Crusius. Selon le El Paso Times, un compte Twitter à ce nom, suspendu samedi soir, avait posté plusieurs messages de soutien à Donald Trump, saluant notamment sa promesse de construire un mur à la frontière avec le Mexique. Mais il était inactif depuis deux ans.

Quel est le motif de cette attaque ?

Le chef de la police d'El Paso a décrit cette tuerie comme un "possible crime haineux", une appellation utilisée aux Etats-Unis pour décrire notamment les crimes racistes. Les autorités se penchent notamment sur un "manifeste" publié en ligne, pour savoir s'il est l'œuvre du suspect.

Ce texte de quatre pages a été publié sur le site 8chan, connu comme un foyer de théories racistes et anti-sémites. Selon CNN, il a été mis en ligne moins de 20 minutes avant que les premiers tirs soient signalés à la police, accompagné d'un message : "Je vais probablement mourir aujourd'hui".

Le texte commence par un message de soutien à l'auteur de la tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande, qui avait fait 51 morts dans deux mosquées. Ce dernier avait aussi publié un manifeste, qui mentionnait notamment la théorie d'extrême droite contestée du "grand remplacement". Le texte publié samedi exprime des idées similaires.

"Cette attaque est une réponse à l'invasion hispanique du Texas", écrit son auteur, qui exprime sa haine envers les immigrés, et sa crainte qu'ils contribuent à faire du Texas un Etat acquis au parti démocrate, selon le New York Times. Il affirme également que son opinion sur l'immigration "est antérieure à Trump et sa campagne présidentielle".

El Paso, la ville choisie par le tireur pour perpétrer son attaque, située à plus de neuf heures de route de son domicile, est située à la frontière avec le Mexique. Elle forme, avec les villes voisines de Las Cruces (Nouveau-Mexique, Etats-Unis) et Ciudad Juarez (Mexique), une métropole de 2,5 millions d'habitants qui constitue la plus importante communauté partageant deux langues et deux nationalités en Amérique du Nord, explique Reuters.

Quelles ont été les réactions politiques ?

Donald Trump a réagi sur Twitter, en deux temps. "Terrible tuerie à El Paso. (...) Les nouvelles sont très mauvaises, beaucoup de tués", a-t-il d'abord écrit, souhaitant que "Dieu soit avec vous tous"

Il a posté un plus long message quelques heures plus tard, décrivant cette tuerie comme "un acte lâche", "tragique". Il a aussi employé le terme "hateful", qui peut aussi bien signifier "détestable" que "haineux", faisant écho à la suspicion de "crime haineux" évoquée par la police. "Il n'y aura jamais de raisons ou excuses pour justifier le meurtre de personnes innocentes", a-t-il poursuivi.

Mais après ce crime au possible motif raciste, certains regards se tournent vers les républicains et notamment Donald Trump, qui a multiplie les attaques contre les immigrés illégaux originaires d'Amérique latine.

"Trump est un raciste et il attise le racisme dans ce pays", a ainsi réagi Beto O'Rourke, candidat à la primaire démocrate, qui est originaire d'El Paso et représentait sa circonscription à la Chambre des Représentants jusqu'à récemment. "Nous assistons à une augmentation des crimes haineux chaque année depuis trois ans, sous une administration dont le président traite les Mexicains de violeurs et de criminels", a-t-il dénoncé après avoir rendu visite à des blessés.

Où se place cette tuerie dans l'histoire des Etats-Unis ?

Le bilan de samedi est le 8e plus lourd pour une tuerie par arme à feu dans l'histoire moderne des Etats-Unis, dont on fixe généralement le début à la Seconde Guerre Mondiale. C'est la plus importante depuis celle de Sutherland Springs, déjà au Texas, où un homme avait tué 25 personnes dans une église en novembre 2017.

C'est aussi la 250e fois en 2019 qu'au moins 4 personnes sont blessées ou tuées dans une fusillade aux Etats-Unis.

Vous êtes à nouveau en ligne