Attentats de Boston : la Russie a caché des informations inquiétantes sur les Tsarnaev

Tamerlan Tsarnaev le 17 février 2010 lors d\'un championnat de boxe à Lowell, dans le Massachusetts (Etats-Unis).
Tamerlan Tsarnaev le 17 février 2010 lors d'un championnat de boxe à Lowell, dans le Massachusetts (Etats-Unis). (JULIA MALAKIE / AP / SIPA)

Les services secrets américains accusent Moscou de ne pas leur avoir communiqué certains éléments alarmants en 2011, et notamment des textos de la famille Tsarnaev faisant référence au jihad.

Davantage de coopération entre les services secrets russes et américains aurait-elle permis d'éviter les attentats de Boston ? Aux Etats-Unis, plusieurs voix au sein des autorités accusent la Russie de ne pas avoir communiqué certaines informations cruciales qu'elle avait en sa possession en 2011 sur Tamerlan Tsarnaev, notamment des communications suspectes.

Tué par la police quatre jour après l'attentat, l'aîné des frères Tsarnaev est considéré comme le principal suspect de la double-explosion qui a fait trois morts et plus de 170 blessés le 15 avril. La Russie avait alerté les autorités américaines sur son cas en 2011, peu avant un voyage de ce dernier au Dagestan, province russe où vivait sa famille. 

Des sms évoquant le jihad dès 2011

Mais pour le FBI, auquel certains reprochent une négligence coupable, les services secrets russes ont omis de lui transmettre à l'époque certaines informations cruciales. En particulier, des sms envoyés par la mère de Tamerlan Tsarnaev à un proche et qui faisaient référence aux aspirations jihadistes de ce dernier n'ont été transmis au FBI qu'après les attentats.

Ce type d'informations précises "aurait permis au FBI d'ouvrir une enquête ciblée sur les communications de Tsarnaev" a souligné le président de la Commission sur le renseignement de la Chambre des représentants, le républicain Mike Rogers, cité par le Wall Street Journal. "Pour moi, c'est là que la négligence a été commise." 

Autre information passée à la trappe, selon le journal, une rencontre avec "un militant connu [des autorités]" au Dagestan. Le FBI affirme avoir demandé en 2011 à trois reprises, en vain, des informations sur Tamerlan Tsarnaev.

Vous êtes à nouveau en ligne