"Attaques acoustiques" à Cuba : 16 employés de l'ambassade américaine ont été touchés

L\'ambassade américaine à Cuba, le 17 décembre 2015 à La Havane.
L'ambassade américaine à Cuba, le 17 décembre 2015 à La Havane. (YAMIL LAGE / AFP)

Les Etats-Unis ont déjà annoncé enquêter sur ces "attaques acoustiques", qui ont eu lieu fin 2016 et début 2017. L'affaire n'a été dévoilée qu'au mois d'août et la diplomatie américaine fournit peu d'élements sur cet incident.

Au moins seize employés de l'ambassade des Etats-Unis à Cuba ont été touchés par de mystérieuses "attaques acoustiques", annonce le département d'Etat américain, jeudi 24 août. Ces Américains, "membres de la communauté de notre ambassade", ont tous ressenti "certains symptômes" et "ont reçu des soins médicaux aux Etats-Unis ainsi qu'à Cuba", a déclaré à Washington sa porte-parole, Heather Nauert.

Washington fournit peu d'éléments sur l'incident

Fin 2016 et début 2017, des Americains travaillant à l'ambassade des Etats-Unis à La Havane ont alors commencé à se plaindre "de divers symptômes physiques". Washington avait fini par rapatrier des Américains pour des raisons médicales. Jeudi, le Canada a précisé qu'un de ses diplomates avait subi une perte d'audition, tout comme plusieurs collègues américains.

Selon CNN, qui a cité de hauts responsables américains sous couvert d'anonymat, Washington est sur la piste d'une possible "attaque acoustique" menée avec des appareils soniques sophistiqués déployés à l'intérieur ou à l'extérieur de la résidence de diplomates américains.

Deux diplomates cubains expulsés en mai

L'affaire n'a été dévoilée qu'au mois d'août et la diplomatie américaine a fourni peu d'élements sur cet incident. Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a appelé les autorités cubaines à faire "la lumière" sur leurs auteurs et une enquête a été ouverte, sans que Washington ne puisse "accuser à ce stade un pays ou qui que ce soit", précise le Département d'Etat.

Malgré ces déclarations, les Etats-Unis avaient décidé d'expulser deux diplomates cubains en poste à Washington, le 23 mai, en estimant que "Cuba est responsable pour la sécurité de nos diplomates sur place". Cuba a de fait protesté contre l'expulsion de ses diplomates. Mais le ton ne semble pas être monté outre mesure entre les deux pays. La Havane a parallèlement lancé une enquête "exhaustive, prioritaire et urgente" pour faire la lumière sur ces événements.

Vous êtes à nouveau en ligne